Sci-tech
URL courte
1141
S'abonner

Se rétablir rapidement de ses blessures, vaincre le cancer et les maladies liées à l'âge… Les humains ont beaucoup à apprendre des requins, et l’ADN de ces prédateurs pourrait nous aider à accéder à leurs super pouvoirs.

Les chercheurs de la Nova Southeastern University en Floride ont réalisé le premier séquençage complet du génome du requin blanc, relate la BBC. Le génome s'est avéré de moitié plus grand que celui de l'Homme, preuve que ces animaux sont en mesure de faire ce que l'Homme ne peut pas.

Cette étude a également permis de révéler une série de «mutations» qui protègent l'animal contre le cancer et d'autres maladies. Au fil des ans, les requins ont évolué de sorte que leur ADN puisse se réparer et soit plus tolérant aux dommages.

«L'instabilité du génome est un problème très important pour de nombreuses maladies humaines graves», a déclaré le co-directeur de l'étude, le Dr Mahmood Shivji.

Les chercheurs estiment que l'étude des stratégies développées par la nature pour maintenir la stabilité du génome chez les requins ainsi que l'information contenue dans celui-ci pourraient être utiles pour soigner certaines maladies chez l'Homme et évoquent la capacité des requins à se remettre rapidement de blessures graves.

«Il reste encore beaucoup à apprendre de ces merveilles de l'évolution, y compris des informations potentiellement utiles pour lutter contre le cancer et les maladies liées à l'âge, et pour améliorer la guérison des plaies chez l'Homme, à mesure que nous découvrons comment ces animaux le font», résume le Dr Mahmood Shivji.

Lire aussi:

Pour Macron, «le pic de la seconde vague est passé», une «nouvelle étape» s'annonce
L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Un policier fait un croche-pied à un migrant lors de l'évacuation place de la République – vidéo
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Tags:
vieillissement, maladies, cancer, gènes, ADN, requins
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook