Ecoutez Radio Sputnik
    fatigue

    Surmonter la fatigue chronique: l'avis des scientifiques

    CC0 / Engin_Akyurt
    Sci-tech
    URL courte
    4123

    Près de 17 millions de personnes souffrent du syndrome de fatigue chronique et, selon les spécialistes, quasiment autant n'ont pas encore été diagnostiqués.

    Sentiment d'abattement permanent, maux de tête, insomnies et autres spasmes musculaires fréquents sont autant de symptômes de la maladie. Toutefois, nombreux sont ceux chez qui l'expression «fatigue chronique» suscite un certain scepticisme, et qui considèrent plutôt cette affection comme une maladie psychologique. Quelles sont les causes du syndrome de fatigue chronique et comment y remédier?

    La fatigue est une maladie

    En 2017, des biologistes de l'école de médecine de l'Université de Stanford (USA) ont analysé des échantillons de sang de plus de 500 personnes. Une partie des volontaires était en bonne santé, mais presque deux cents se sont vu diagnostiquer un syndrome de fatigue chronique — une maladie dont beaucoup de spécialistes ne croyaient pas à l'origine psychologique pendant longtemps.

    Son symptôme principal est une fatigue sans raison et permanente, qui réduit la capacité de travail de pratiquement de moitié. De plus, les patients se plaignent de maux de tête, de détérioration de la mémoire, d'insomnies, ou encore de nausées. Il est très difficile de diagnostiquer cette maladie à cause de la diversité de symptômes.

    En comparant les échantillons sanguins des sujets sains et malades, les chercheurs de Stanford ont tenté de trouver les paramètres permettant d'identifier plus facilement cette maladie. Et bien qu'aucun marqueur spécifique du syndrome n'ait été retrouvé, les chercheurs ont remarqué une corrélation curieuse: plus la maladie était accentuée, plus était élevée la concentration dans le sang de 17 protéines liées au développement des réactions inflammatoires. Cette observation a permis de confirmer l'hypothèse selon laquelle la cause des manifestations extérieures du syndrome résidait dans l'inflammation et la perturbation du fonctionnement du système immunitaire.

    Une partie de molécules découvertes était également liée à d'autres processus à l'œuvre dans l'organisme. Par exemple, la leptine, hormone contrôlant le sentiment de satiété et présente en plus grand nombre chez les femmes, ou encore l'hormone TGF-n responsable de la croissance et de la division cellulaire. Leur concentration élevée, selon les auteurs de l'étude, explique pourquoi le syndrome de fatigue chronique est rencontré plus souvent chez les femmes et pourquoi ses porteurs sont plus souvent victimes de différentes formes de cancer du tissu lymphatique.

    Une immunité trop active

    Le développement du syndrome de fatigue chronique peut être lié à l'hyperactivité du système immunitaire, qui s'explique probablement par des facteurs génétiques, et pas seulement à des perturbations dans son fonctionnement, précisent des chercheurs britanniques et allemands.

    Ces scientifiques ont testé le médicament interféron alfa (IFN-α) sur des patients atteints d'hépatite C. Cette substance provoque une réaction accrue de l'immunité, comme en cas de sérieuse infection. Six mois plus tard, ils ont remarqué que 18 volontaires affichaient les premiers symptômes de fatigue chronique. Les analyses sanguines ont révélé un taux élevé de cytokines — les mêmes protéines qui, un an plus tôt, avaient été reliées à l'apparition du SFC par des chercheurs de Stanford.

    Toutefois, la comparaison des indicateurs du système immunitaire d'une cinquantaine de volontaires et de 54 personnes chez qui on avait diagnostiqué une fatigue chronique n'a pas mis en évidence de différences majeures. Les auteurs de l'étude ont émis l'hypothèse selon laquelle ces différences pouvaient être notables seulement dans un laps de temps précis après la réponse immunitaire.

    Instabilité hormonale

    Des endocrinologues néerlandais et espagnols pensent que le syndrome de fatigue chronique n'est pas lié à des perturbations dans le travail du système immunitaire, mais à une carence en iode et à des problèmes thyroïdiens.

    Les scientifiques ont remarqué que la fatigue, une mauvaise vue et d'autres symptômes du syndrome de fatigue chronique étaient également caractéristiques d'une autre maladie: l'hypothyroïdie, qui désigne une insuffisance en hormones thyroïdiennes. En comparant les échantillons sanguins d'individus sains et de sujets atteints de fatigue chronique, les chercheurs ont découvert chez les derniers un taux bas des deux hormones principales de la thyroïde: T3 et T4. Sachant que les personnes atteintes de fatigue chronique affichaient également des taux élevés de thyrotropine, une hormone du cerveau qui pousse généralement l'organisme à secréter de grandes quantités de ces molécules de signalement.

    Les auteurs de l'étude supposent qu'un régime basé sur des produits riches en iode pourrait aider les individus souffrant du syndrome de fatigue chronique. Ils vérifient actuellement si un régime iodé peut aider les personnes confrontées à une fatigue chronique à retrouver une vie normale.

    Des exercices contre la fatigue

    Selon des chercheurs de l'université de Californie à Los Angeles, il est possible de vaincre le syndrome de fatigue chronique en ajoutant à son alimentation des produits riches en vitamines du groupe B, en magnésium et en L-carnitine. On sait que les bactéries du genre Alistipes, considérées comme l'une des causes éventuelles du syndrome de fatigue chronique, perturbent la sécrétion de vitamine B6 dans l'organisme, alors que le magnésium régule pratiquement tous les processus de production et de consommation d'énergie dans l'organisme.

    Des scientifiques de l'université Queen Mary de Londres ont découvert que le meilleur remède contre la fatigue chronique était le sport, mais que l'effort devait être modéré. Des médecins ont surveillé pendant trois mois l'état de santé de 200 volontaires chez qui on avait diagnostiqué un syndrome de fatigue chronique. Hormis un traitement médicamenteux, les sujets accomplissaient tous les jours des exercices physiques, et à la fin de l'étude se sentaient bien mieux par rapport à ceux qui n'avaient pas pratiqué de sport.

    Des conclusions similaires ont été tirées par des chercheurs du Collège royal de Londres, qui ont analysé des dizaines d'études consacrées aux méthodes de traitement de la fatigue chronique. Il en est ressorti que le remède le plus efficace était l'entraînement sportif avec une augmentation progressive de l'effort. Sachant que les sujets alternaient l'activité physique et le repos, ce qui a permis d'élaborer un rythme de vie optimal contribuant au rétablissement.

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    santé, symptômes, traitement, maladies, syndrome de fatigue chronique (SFC), fatigue
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik