Sci-tech
URL courte
6223
S'abonner

Alors que le nouveau cycle d’activité solaire n’a pas encore commencé, le Soleil continue à brûler le combustible du cycle précédent, ce qui provoque d’importantes éruptions à sa surface.

Des astronomes russes ont constaté une brusque augmentation de l'activité solaire ces derniers jours: les 20 et 21 mars, trois éruptions de classe C ont été observées à la surface du Soleil, sans cependant avoir eu de conséquences importantes pour la Terre.

Dans le même temps, l'indice d'éruptions solaires vient d'atteindre le niveau jaune, avec une valeur maximale de 3,5 sur une échelle de dix points, pour la première fois depuis plusieurs mois, indique dans un communiqué le Laboratoire de l'astronomie en rayons X auprès de l'Institut de physique de l'Académie des Sciences de Russie.

Il s'agit d'un phénomène curieux, compte tenu du fait que le nouveau cycle d'activité solaire, qui dure onze ans, n'a pas encore débuté. Or, selon les chercheurs, le Soleil continue de brûler le «combustible» du cycle précédent, c'est-à-dire l'énergie magnétique qui s'accumule dans les zones de champs magnétiques sous la surface de l'étoile, avant d'être repoussée à l'extérieur par des flux de plasma.

«C'est bien cette énergie qui est brûlée sous forme d'éruptions», expliquent les scientifiques.

L'actuel cycle solaire de faible activité a débuté en janvier 2008 et doit prendre fin courant 2019.

Lire aussi:

Un chien abandonné et attaché à une cage avec ses chiots retrouvé sur la route – photos
Un astéroïde géant fonce vers la Terre, un chercheur indique quelles peuvent en être les conséquences
La femme de Kobe Bryant a échappé à la mort grâce à cet accord passé avec son époux
Tags:
éruption solaire, plasma, champs magnétiques, activité solaire, Académie des sciences de Russie, Soleil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik