Sci-tech
URL courte
5380
S'abonner

Comme il est difficile de diagnostiquer la carence en vitamine B12, des chercheurs britanniques ont détaillé ses signes révélateurs précoces qui passent souvent inaperçus.

Une carence en vitamine B12 qui dure depuis des années peut entraîner de graves problèmes de santé. Comme il est très difficile de la diagnostiquer à partir d'un symptôme particulier, des chercheurs du National Health Service du Royaume-Uni en ont listé les symptômes dissimulés, auxquels les gens ne prêtent pas souvent attention.

Le signe qui se manifeste le plus tôt est le rougissement et le gonflement de la langue. Cette maladie est connue sous le nom de glossite. L'inflammation peut rendre la langue lisse parce que toutes ses papilles gustatives se détendent et disparaissent par la suite, a souligné la nutritionniste Helen West, citée par The Daily Express.

La dyspraxie (difficulté à effectuer des mouvements coordonnés), l'anémie, les troubles de la mémoire, la fatigue chronique, les vertiges figurent également parmi les symptômes. La personne atteinte peut également avoir des cheveux et des ongles fragiles ainsi que des difficultés à résister au stress.

En outre, un déficit en vitamine B12 provoque l'affaiblissement du système immunitaire et le stockage des toxines après la désintégration d'aminoacides dans les organes, selon une étude de scientifiques de l'université de Rice. L'organisme humain n'est pas capable de produire cet élément lui-même, c'est pourquoi il faut manger des aliments riches en B12 afin d'éviter une carence. Par exemple, le poisson gras, la viande, les algues et le tofu cru contiennent cette vitamine.

Lire aussi:

La Commission européenne réagit à l’achat du Spoutnik V par la Hongrie
Covid-19: bientôt la fin des aides? «Une pulvérisation de l’économie française»
«C'est de la…»: le chef sortant du Pentagone se lâche en parlant du chasseur F-35
Tags:
organisme, symptômes, déficit, vitamines, The Daily Express, National Health Service, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook