Sci-tech
URL courte
0 150
S'abonner

Le déchiffrage d’une inscription datant d'environ 713 av. J.-C. a permis de conclure que la ville antique de Karkemish était censée devenir une nouvelle capitale du roi d'Assyrie Sargon II, mais que sa mort a mis fin à ce projet.

Des chercheurs de l'Université de Bologne (Italie) ont réussi à déchiffrer un texte récemment découvert, consacré au roi d'Assyrie Sargon II (de 722 jusqu'en 705 av. J.-C.), dans les ruines de l'ancienne ville de Karkemish, relate le site EurekAlert!

L'inscription, qui date d'environ 713 av. J.-C., décrit la conquête, l'occupation et la réorganisation de Karkemish par Sargon. Le texte indique que Sargon avait peut-être l'intention de faire de Karkemish une capitale occidentale de l'Assyrie, à partir de laquelle il pourrait administrer et contrôler les territoires occidentaux de son empire.

L'inscription cunéiforme a été trouvée en 2015 sur des fragments de trois cylindres d'argile, dans le cadre d'une expédition archéologique turco-italienne dirigée par Nicolò Marchetti à Karkemish. Désormais en ruine, le site est situé sur le fleuve Euphrate, à la frontière entre la Syrie et la Turquie.

Gianni Marchesi de l'Université de Bologne a analysé et traduit la totalité des 38 lignes du texte akkadien partiellement brisé, en utilisant des documents de référence, de la littérature universitaire et d'autres artefacts assyriens pour combler les lacunes car aucune ligne du texte n'était complètement intacte.

Dans cette inscription, Sargon raconte la «trahison» de Pirisi, le roi hittite de Karkemish. Sargon a envahi Karkemish, déporté Pisiri et ses partisans, détruit son palais, saisi ses richesses et incorporé l'armée de Pisiri dans la sienne. Il a peuplé la ville d'Assyriens et a également réactivé le système d'irrigation de la ville et aménagé des jardins botaniques. Karkemish devait sans doute devenir une sorte de capitale occidentale de l'empire assyrien. La ville n'est cependant mentionnée dans aucune des inscriptions connues des successeurs de Sargon.

La mort de Sargon sur le champ de bataille de Tabal a probablement empêché la réalisation de ce projet et a nui au destin de Karkemish, qui n'intéressait alors plus les rois assyriens, explique le chercheur.

Lire aussi:

Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
Près de 40.000 nouvelles contaminations en 24 heures en France
Biden va retirer toutes les troupes américaines d'Afghanistan
Tags:
science, archéologie, histoire, Université de Bologne, Sargon II, Euphrate, Assyrie, Italie, Karkemish
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook