Ecoutez Radio Sputnik
    Android

    Les six applications à supprimer immédiatement de votre smartphone Android

    CC0 / andrekheren
    Sci-tech
    URL courte
    6605
    S'abonner

    Téléchargé déjà plus de 90 millions de fois, le logiciel malveillant Android baptisé PreAMO infecte des applications et permet ainsi à ses développeurs de récupérer d’importants revenus. Par sécurité, des sociétés ont déjà supprimé certaines applications du même développeur. Des chercheurs invitent les utilisateurs à en faire de même.

    Six applications disponibles dans le Play Store Google sont infectées par un nouveau logiciel malveillant Android nommé PreAMO, rapportent les chercheurs en cybersécurité de Checkpoint. Ils affirment qu'il a été déjà téléchargé plus de 90 millions de fois. Les spécialistes appellent les internautes à être vigilants et à supprimer les applications concernées par ce malware et contenu dans des applications proposées par la firme chinoise DO Global.

    Mais comment cela fonctionne-t-il? Le logiciel clique sur de nombreuses annonces publicitaires à votre place, permettant ainsi à son développeur de toucher d'importants revenus provenant de trois agences de publicité: Presage, Admob et Mopub: PreAMO par contraction, soit le nom du logiciel.

    Les six applications Android infectées par ce malware sont Mycamera, Omni.cleaner, Speedbooster.optimizer, rambooster.totalcleaner, cooler.smartcooler, flashlight.torch.screenlight.party.

    Plusieurs sociétés, dont la firme de Mountain View, ont par sécurité déjà supprimé une série d'applications du même développeur. En effet, selon une enquête de BuzzFeed, Google a retiré 46 des 100 applications de DO Global qui a réagi à cette suppression.

    Dans un communiqué, la compagnie chinoise affirme avoir mené sa propre enquête en interne afin de comprendre et de prendre les mesures nécessaires. Elle a promis de respecter «strictement» à l'avenir «les règlementations en vigueur».

    Tags:
    application, virus informatique, malware, Android, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik