Sci-tech
URL courte
391
S'abonner

Le taux de mortalité devient plus faible avec l’augmentation du nombre de pas faits par jour, mais se stabilise aux environs de 7.500 pas, selon des chercheurs américains qui semblent avoir prouvé que le nombre de 10.000 pas n’est qu’un mythe.

Un nombre accru de pas par jour est-il associé à des taux de mortalité plus bas chez les femmes plus âgées?

Des chercheurs américains ont décidé d’en avoir le cœur net: les affirmations sur la nécessité de faire 10.000 pas par jour pour rester en bonne santé, sont-elles scientifiquement fondées?

Selon leur étude, le taux de mortalité devenait faible avec l’augmentation du nombre de pas, mais se stabilisait à environ 7.500 pas, après quoi la différence pour la santé était imperceptible.

Ces observations sont en tout cas justes pour les Américaines âgées. Ainsi, 16.741 femmes, qui avaient en moyenne 72 ans, se sont vu distribuer des podomètres pour calculer leur nombre de pas par jour. L’étude a été réalisée sur quatre ans, entre 2011 et 2015.

Les femmes qui faisaient environ 4.400 pas par jour avaient un taux de mortalité significativement plus faible que celles qui étaient moins actives et qui marchaient quelque 2.700 pas. Au fur et à mesure de l’augmentation du nombre de pas par jour, le taux de mortalité diminuait progressivement avant de se stabiliser à 7.500 pas.

Le grand public croit généralement que pour rester en bonne santé, il faut se fixer pour objectif de faire 10.000 pas par jour, mais ce chiffre n’est pas scientifiquement fondé, concluent les chercheurs.

Aucune étude scientifique n’a validé à ce jour ces propos, avait précédemment confirmé dans une interview à Madame Figaro Martine Duclos, présidente du comité scientifique de l'Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (Onaps). En réalité, ce chiffre est né à l’occasion des premiers Jeux olympiques de Tokyo en 1964, lorsque l’entreprise Yamasa Corporation a lancé un podomètre appelé Manpo-kei, ce qui peut être traduit comme «mesure des 10.000 pas».

Lire aussi:

Covid-19: la deuxième vague, une fiction?
Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Macron propose à Philippe une mission en vue de 2022 après sa démission
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Tags:
chercheurs, santé, étude, mortalité, marche
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook