Sci-tech
URL courte
305713
S'abonner

Au moins deux grands astéroïdes passeront tout près de la Terre d'ici à la fin août, dont un demain, le 28 août. La Nasa surveille actuellement de près leur passage.

Fin août, deux astéroïdes frôleront la Terre, dont un demain, le 28 août, selon la Nasa. Actuellement, l’agence spatiale est en train d'observer le passage du premier.

Il s’agit d’un géant de l'espace baptisé QS 2019. Il a été découvert le 21 août et se rapproche de la Terre pour la première fois. Selon le Centre d'étude des objets géocroiseurs (CNEOS), l'astéroïde pourrait faire 32 mètres de haut pour un diamètre allant jusqu'à 73 mètres. Il se rapprocherait à environ 80.000 km à l’heure.

Un astéroïde plus grand qu’une pyramide

Toujours le 28 août, l’astéroïde 2019 OU1, plus grand que la pyramide de Khéops, se rapprochera aussi de la Terre. Son diamètre est compris entre 71 et 160 mètres, ce qui le fait dépasser de 20 mètres la pyramide égyptienne. Selon la Nasa, la distance entre 2019 OU1 et la Terre sera 40 fois inférieure à celle séparant notre planète de Vénus le 28 août.

Un astéroïde mesurant deux tours Eiffel

En outre, le corps céleste 2000 QW7, mesurant quelque 650 mètres, à savoir deux fois la taille de la tour Eiffel, passera à côté de la Terre le 14 septembre, selon l’Agence spatiale européenne.

Cependant, ce n’est pas la première fois que cet astéroïde frôle la Terre. Son dernier passage remonte à l’an 2000 et le prochain est prévu pour 2038, selon les astronomes.

Auparavant, le PDG de SpaceX, Elon Musk, avait déclaré qu’il pensait qu’un grand astéroïde frapperait un jour la Terre, soulevant ainsi la question du «manque de défense» de notre planète face à ces corps célestes.

Lire aussi:

Jeune gendarme tuée par un récidiviste: «on demande à pouvoir ouvrir le feu en cas de refus d’obtempérer»
Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
Le Président brésilien Jair Bolsonaro testé positif au Covid-19
Tags:
espace, Terre, astéroïde, NASA
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook