Ecoutez Radio Sputnik
    un laboratoire (image d'illustration)

    Laser et oxygène: découverte d'une nouvelle méthode pour «brûler» les maladies gynécologiques

    © CC0 / FotoshopTofs
    Sci-tech
    URL courte
    Technologies Made in Russia (159)
    0 100
    S'abonner

    Des chercheurs de l'Université nationale de recherche nucléaire MEPhI (Institut d'ingénierie physique de Moscou) conjointement avec des collègues médecins, ont suggéré une méthode permettant d'améliorer le traitement de la leucoplasie à l'aide d'un rayonnement combiné et de la fluorescence.

    Les scientifiques ont utilisé des techniques de diagnostic par fluorescence (DF) et de thérapie photodynamique (TPD). Un tampon de gaze est imbibé d'une solution photosensible (photosensibilisateur) et appliqué sur le néoplasme pendant 2-3 heures. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Photodiagnosis and Photodynamic Therapy.

    Les cellules pathologiques sont capables d'accumuler de telles substances dans des quantités bien plus élevées par rapport aux cellules saines. Quand la majeure partie du photosensibilisateur quitte les cellules normales mais reste dans les cellules malades. La zone affectée est soumise à un rayonnement combiné composé de brèves et puissantes impulsions lumineuses et d'une douce lumière rouge de diodes électroluminescentes.

    Le photosensibilisateur absorbe le rayonnement et active l'oxygène moléculaire dissous dans les tissus de l'organisme. L'oxygène passe de l'état triplet à l'état singulet, où il possède de puissantes propriétés acides, puis détruit les cellules du tissu pathologique et crée des conditions favorables pour activer l'immunité. La lumière survenant à l'excitation du photosensibilisateur est enregistrée par des méthodes spectrométriques et permet de déterminer avec précision les limites du tissu affecté.

    «La TPD est une méthode conservatrice pour soigner cette maladie et a déjà prouvé son efficacité, comme le confirment les résultats chez plus de 700 patientes», a déclaré Viktor Lochtchenov, responsable par intérim de la chaire de micro-, nano- et biotechnologies à l'université MEPhI.

    D'après lui, les résultats des approches appliquées montrent le grand potentiel de telles technologies prometteuses pour contribuer à la prévention de transformations malignes et soigner la leucoplasie.

    Actuellement, les chercheurs perfectionnent la méthode pour créer une technologie optimale d'évolution de l'efficacité de l'effet laser directement pendant la procédure sur toutes les zones visées à la fois. Cela aidera à changer en temps voulu la tactique de traitement et d'éviter une sous- ou surexposition susceptible d'entraîner des récidives ou des nécroses. Cela est important notamment lors de l'utilisation de la TPD pour traiter les maladies dangereuses comme le cancer ou la dysplasie du col de l'utérus.

    Dossier:
    Technologies Made in Russia (159)

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    De minuscules «koalas» trouvés sur les coussinets de chiens envahissent la Toile – photos
    Incident en coulisses de Miss France: une candidate évacuée de la scène en larmes
    Tags:
    traitement, Université nationale de recherche nucléaire (MEPhI), maladies, médecine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik