Sci-tech
URL courte
0 62
S'abonner

Des chercheurs ont découvert que les grands requins blancs habitent en Méditerranée depuis 3,2 millions d’années. Ils sont parvenus à cette conclusion après avoir étudié l’ADN de cette espèce en utilisant des restes datant des XIXe et XXe siècles. Ils alertent également sur un risque élevé d’extinction de ces prédateurs marins.

Une équipe de chercheurs a révélé que les grands requins blancs (Carcharodon carcharias) sont présents en Méditerranée depuis 3,2 millions d’années, alors que de précédentes études indiquaient qu’ils n’y étaient que depuis 450.000 ans. Cette démonstration a été faite dans une étude publiée mardi 11 février dans le Journal of Biogeography.

Requin tigre
© Photo. Public Domain / NOAA Office of National Marine Sanctuaries
Selon ces recherches, les scientifiques ont constaté ce fait après avoir extrait et analysé l’ADN mitochondrial de dents, de mâchoires et de vertèbres de cette espèce récupérés dans des musées et des collections privées datant des XIXe et XXe siècles.

D’après la source, ces restes ont permis d'obtenir la plus grande ressource génétique relative au requin blanc de Méditerranée. Elle a ainsi pu être comparée avec celles des autres populations de requins dans le monde qui occupent quasiment toutes les eaux tempérées.

Les scientifiques ont également révélé que les requins blancs de Méditerranée sont apparentés à ceux qui habitent dans l’océan Pacifique plutôt qu’aux espèces de l’Atlantique.

Dans leur étude, les chercheurs ont expliqué que cette première espèce de requins avait franchi le passage entre les deux océans au niveau de l’Amérique Centrale, avant la formation de l’isthme de Panama, soit il y a plus de 3,5 millions d’années. Après avoir atteint l’Atlantique, ils se sont installés en Méditerranée.

Risque de disparition

Pendant ce temps, la barrière du Panama s’est formée et a séparé les deux océans en provoquant ainsi des changements drastiques de climat dans l’Atlantique. C’est à cause de ces variations que de nombreuses espèces de poissons, dont celle des requins blancs, ont disparu.

Les scientifiques ont précisé que les Carcharodon carcharias avaient pu réoccuper l’océan Atlantique grâce aux requins blancs originaires d’Afrique du Sud.

Comme l’indiquent les chercheurs, ceux de Méditerranée forment une petite communauté avec une faible variabilité génétique entre les individus. Ils ont souligné que ces éléments sont associés à un risque élevé d’extinction à court terme pour les requins dans cette zone.

Les auteurs de cette étude appellent ainsi à prendre des mesures urgentes pour sauvegarder cette espèce et pour préserver les autres requins.

Lire aussi:

Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Tags:
Méditerranée, étude, requins, chercheurs
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook