Sci-tech
URL courte
4120
S'abonner

Une étude parue en février a permis de comprendre comment se déplaçaient les ptérosaures, ces reptiles volants du Jurassique, rapporte le quotidien 20 Minutes.

Les scientifiques ont percé le secret du ptérosaure, cet animal préhistorique, ni tout à fait oiseau ni tout à fait reptile, aux ailes tendues de membranes. Les paléontologues ont statué sur son véritable mode de locomotion qui a longtemps fait débat, rapporte le journal 20 Minutes. Pour résoudre l’énigme, les scientifiques se sont appuyés sur des empreintes laissées dans la région de Cahors, sur un site paléontologique unique appelé plage aux ptérosaures, comme l’explique Jean-Michel Mazin, paléontologue retraité du CNRS:

«Il y a 150 millions d’années, c’était une plage de boue où des ptérosaures mais aussi des dinosaures, des crocodiliens, des tortues marchaient. Ils ont laissé leurs traces, qu’on retrouve aujourd’hui gravées dans le sol devenu calcaire»,précise-t-il à 20 Minutes.

Un reptile volant qui marche sur quatre pattes

Parmi ces empreintes, celle d’un ptérosaure «archaïque» intriguait depuis longtemps les spécialistes, rapporte encore le journal.

«On se demandait s’il marchait, et si oui, sur deux ou quatre pattes, d’autres imaginaient qu’il ne se posait pas», relate Jean-Michel Mazin.

Début février, la revue scientifique Geobios a livré son verdict, à propos du «dernier groupe d’animaux vertébrés qui gardait son mystère».

«Cette lignée de ptérosaures marchait à quatre pattes, et plutôt bien», confirme Jean-Michel Mazin.

Une découverte favorablement accueillie dans la communauté scientifique, qui l’attendait comme «le Saint Graal», assure encore le chercheur.

Lire aussi:

Le «caniche de Poutine»: le débat entre Trump et Biden vire au chaos
«Volonté de punir»: Macron multiplie les assassinats à l’étranger, assure une nouvelle enquête
En continu: Erevan affirme qu'un de ses avions a été abattu par un F-16 turc, la Turquie dément
Tags:
fossiles, dinosaures, préhistoire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook