Sci-tech
URL courte
3130
S'abonner

Une analyse des gouttes de pluie qui frappent à grande vitesse les surfaces biologiques telles que les plumes ou les ailes d'insectes révèle comment ces revêtements hautement hydrofuges les protègent contre l'impact de l'eau.

Des chercheurs de l’université de Cornell ont étudié comment les ailes des papillons résistent à l'impact des gouttes de pluie qui les frappent à grande vitesse, sans pour autant leur causer de dommages. L’étude a été publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Dans la nature, les gouttes de pluie peuvent tomber à une vitesse pouvant atteindre 10 mètres par seconde. Le poids relatif d'une goutte de pluie qui frappe une aile de papillon serait comparable à celle d’une boule de bowling tombant du ciel sur un Homme, expliquent les chercheurs cités par Sciencedaily.

Un système sophistiqué

Les scientifiques ont enregistré l'impact des gouttes d'eau qui tombent de deux mètres de haut sur un échantillon à l’aide d’une caméra réalisant quelques milliers d'images par seconde.

L’étude a montré comment des bosses microscopiques, combinées à une couche nanométrique de cire, brisent et répandent ces gouttes pour protéger les surfaces fragiles contre les dommages physiques.

Lire aussi:

La France se dit «vivement préoccupée» par les affrontements dans le Haut-Karabagh et appelle à cesser les hostilités
En continu: le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’intensifie dans le Haut-Karabagh
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Moscou réagit aux tensions dans le Haut-Karabagh
Tags:
insectes, science, papillons
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook