Sci-tech
URL courte
Par
5143
S'abonner

Alors que les économies des différents pays ont souffert des mesures pour endiguer la pandémie, l’industrie des transports a été l’une des plus frappées par la récession. Les cyberattaques en tant que menace permanente et insidieuse profitent de cet état de faiblesse pour opérer un maximum de dommages, comme Honda vient de le découvrir.

Déjà frappés durement par la crise du coronavirus et alors que celle-ci gangrène les économies mondiales, les constructeurs automobiles doivent continuer à lutter sur d’autres fronts, comme celui des cyberattaques. Ainsi, la firme japonaise Honda a été récemment la cible d’une cyberattaque d’ampleur ayant perturbé son réseau informatique et interrompu la production. Une agression qui n’est pourtant pas la première, tombant à un moment très inapproprié, mais qui fait figure de sérieuse alerte en ces temps de déstabilisation économico-financière généralisée.

L'intérieur du concept car autonome d'Audi, l'Aicon, au Las Vegas Convention Center.
© AFP 2020 DAVID MCNEW L'intérieur du concept car autonome d'Audi, l'Aicon, au Las Vegas Convention Center.
La société Honda, puissant industriel japonais œuvrant dans le secteur des mobilités terrestres, maritimes et aériennes, a subi comme nombre de ses confrères les affres des conséquences économiques liées au Covid-19. La baisse de la demande dans ce secteur a été très forte, et plus exactement de -46,7% pour le mois de mai uniquement pour le marché de l’archipel. Quand bien même son modèle N Box caracole en tête des ventes sur le marché domestique, Honda doit faire face à une sévère contraction du marché.

Les mesures contraignantes en matière de confinement, les mesures sanitaires au sein des unités de production, les lignes logistiques perturbées et la réticence des consommateurs à acquérir un nouveau véhicule sont les principales raisons de cette dépression de ce secteur industriel.

Et comme si cela ne suffisait pas, il faut ajouter les cybermenaces, moins palpables mais aux effets bien réels. Honda en a fait les frais le 7 juin 2020 suite à des arrêts de production sur ses lignes en Amérique du Nord mais avec des perturbations aussi dans le reste du monde.

Le rançongiciel, vieil ennemi informatique toujours présent

La raison: un rançongiciel du nom d’Ekans. Un rançongiciel est un programme qui vise à paralyser un terminal informatique, et parfois tout un réseau lorsque ces terminaux sont interconnectés, généralement en chiffrant toutes les données d’un support d’écriture en échange d’une somme d’argent. Ce type de cybermenace n’est pas nouveau, son existence est attestée depuis 1989 avec AIDS/PC Cyborg Trojan (considéré comme le premier du genre), mais il subit une résurgence depuis 2016 avec Locky puis surtout la vague WannaCry, Petya et NotPetya. D’ailleurs, Honda avait aussi été victime du rançongiciel WannaCry par le passé, obligeant la firme à arrêter une usine située au Japon.

Concrètement, les rançongiciels s’implantent sur le disque dur afin d’être difficilement détectables et surtout effaçables. Ce qui signifie qu’à chaque relance de la machine le virus restera en place et bloquera même dès le départ votre système d’exploitation ou vous le rendra particulièrement instable ou incontrôlable. Pour vous en débarrasser, il faut s’acquitter d’une rançon, parfois sous forme de cryptomonnaie comme le bitcoin.

Méfiez-vous des pièces jointes et des liens suspects

Si l’on peut faire confiance aux services informatiques de Honda pour récupérer et nettoyer les réseaux de cette avanie numérique, il n’en demeure pas moins que des secteurs ont dû être arrêtés pour procéder à un audit. Pareille mesure, inévitable, n’en génère pas moins une perturbation des systèmes d’information et des lignes de production et, par conséquent, un manque à gagner même si les stocks d’invendus pour cause de ralentissement de la demande lors de la période du coronavirus peuvent permettre de faire face à cet arrêt de production.

L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) dans son rapport annuel de l’année 2019 a considéré que les rançongiciels ont été les cybermenaces les plus préoccupantes. Et l’agence de fournir des recommandations à destination des collectivités territoriales et de leurs établissements pour prévenir autant que faire se peut la survenance de tels malheurs:

  • Effectuez des sauvegardes régulières de vos données.
  • Mettez à jour régulièrement vos principaux logiciels.
  • Privilégiez un compte utilisateur pour vos usages courants.
  • Ne faites pas confiance à l’expéditeur de courriers électroniques dont l’origine ou la forme vous semblent douteuses.
  • Méfiez-vous des pièces jointes et des liens suspects.

Cependant, même des groupes de taille mondiale peuvent facilement être atteints en raison de l’interconnexion des systèmes d’information et de l’ingéniosité des cyberpirates. Souvenons-nous des pertes financières terribles subies par la société de fret maritime Maersk Line en 2017 suite à l’irruption de NotPetya dans son réseau informatique, à hauteur de 264 millions de dollars.

Telle est la morale de l’histoire: les cyberattaques peuvent frapper n’importe quand, n’importe qui et à n’importe quelle intensité. Nous voici tous prévenus.

Lire aussi:

Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
Macron met en garde contre une «accélération extrêmement forte» de la propagation du coronavirus
Une étudiante arrêtée pour avoir justifié le meurtre de Samuel Paty
Deux bus attaqués par une trentaine de délinquants près de Conflans après la mort d’un homme abattu par la police
Tags:
Covid-19, Honda
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook