Sci-tech
URL courte
Par
391
S'abonner

Une compilation d’archives publiées par l'agence spatiale russe Roscosmos regroupe des documents gouvernementaux, la description des systèmes spatiaux, les plans de l'Union soviétique de déployer sur la Lune un observatoire et une base pour abriter trois cosmonautes jusqu'à 20 jours d’affilée.

L'entreprise d’État Roscosmos a déclassifié des documents sur le programme lunaire de l'URSS à l'occasion du 50e anniversaire du vol de la station interplanétaire Luna-16, qui avait ramené 101 grammes de régolithe lunaire sur Terre en 1970.

L'Union soviétique était alors devenue le deuxième pays après les États-Unis à disposer d’échantillons de sol d'un autre corps céleste, mais le premier à le faire avec l'aide d'un robot: une station automatique. Ce qui en reste est actuellement stocké à l'Institut Vernadski de géochimie et de chimie analytique de l'Académie russe des Sciences. Une partie a été préservée pour les futures générations, une autre a été remise à des scientifiques de différents pays pour étude.

La compilation de 46 pièces contient «des documents gouvernementaux, des procès-verbaux de réunions de concepteurs, des descriptions des systèmes et des véhicules du complexe spatial», des photographies et des vidéos consacrées à la mission, a déclaré Roscosmos dans un communiqué.

Observatoire astronomique

Vers la fin des années 1960, l'Union soviétique se rêvait en pionnière, mettant en place un observatoire astronomique sur ce satellite naturel de la Terre.

«Un tel observatoire deviendra le prototype des futures stations lunaires conçues pour maintenir un service permanent et complet du Soleil, de la Terre (à des fins de météorologie et d'autres), des planètes et des étoiles», indiquent les papiers déclassifiés.

Il est noté que la Lune est une plateforme naturelle assez stable pour un système astrotélescopique. Par conséquent, tout objet de l'Univers peut être observé à partir de celle-ci pendant près de 14 jours. Des recherches astrophysiques peuvent y être réalisées sans l'influence de l'atmosphère.

Base lunaire

La première base lunaire soviétique, qui devait être déployée dans les années 70, prévoyait d'accueillir trois cosmonautes pendant près de trois semaines.

«Le poids de la station lunaire est de huit tonnes, le temps passé sur la Lune est de 20 jours, le nombre d'astronautes-chercheurs est de trois personnes», précisent ainsi les documents.

L'objectif des premières stations soviétiques habitées sur la Lune était d'acquérir de l'expérience dans la réalisation de divers travaux de recherche par l'homme dans des conditions lunaires, d'étudier la zone d'alunissage possible de futures stations lourdes et de desservir également des stations lunaires automatiques.

D'après les documents, les premiers lancements dans le cadre de la création d'une base lunaire devaient avoir lieu en 1973. Cependant, ces plans étaient voués à l'échec.

Entre les années 1969 et 1972, les quatre lancements du lanceur super-lourd N-1 du cosmodrome de Baïkonour se sont soldés par des accidents, ce qui a sonné la fin du programme lunaire.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
espace, déclassification, Lune, URSS, Holding spatial russe Roscosmos
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook