Sci-tech
URL courte
Par
6732
S'abonner

Pour la première fois depuis 1226, Jupiter et Saturne se rapprocheront assez pour donner l’impression d’une double planète, indiquent des astronomes de l’université Rice. Ce phénomène pourra être observé à l’œil nu au crépuscule du 21 décembre.

Des astronomes américains de l’université Rice ont calculé que Jupiter et Saturne apparaîtront très proches l’une de l’autre, en forme de double planète, le 21 décembre, indique un communiqué de presse publié sur phys.org.

Les alignements entre ces deux planètes sont plutôt rares, se produisant une fois tous les 20 ans environ. Cependant, un tel rapprochement n’avait jamais eu lieu depuis le Moyen  Âge, a expliqué l'astronome Patrick Hartigan:

«Il faudrait remonter jusqu’au 4 mars 1226 pour voir un alignement plus étroit entre ces objets célestes visibles dans le ciel nocturne».

Comme Jupiter et Saturne se rapprochent depuis l’été, elles seront séparées par moins que le diamètre d’une pleine lune le 21 décembre.

Le soir du solstice d’hiver, celui «de l’approche la plus proche, elles ressembleront à une double planète séparée seulement par 1/5 du diamètre d’une pleine lune», poursuit l’astronome.

Lieu et temps d’observation   

Bien que les meilleures conditions d'observation soient près de l'équateur, l'événement sera visible de n'importe où sur Terre, si le temps le permet. Les planètes apparaîtront bas dans le ciel pendant environ une heure après le coucher du soleil chaque soir durant la période susmentionnée, a précisé M.Hardigan.

La prochaine fois qu’elles seront alignées de manière aussi proche sera le 15 mars 2080, selon l’astronome. Ensuite, le phénomène ne se reproduira pas avant 2400.

Lire aussi:

Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
Moscou exige qu’Israël cesse «immédiatement et entièrement» sa politique de colonisation
Plus de 120 généraux américains accusent Biden d’avoir volé la victoire à Trump
Tags:
planète, solstice, astronomie, Saturne, Jupiter
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook