Sci-tech
URL courte
Par
9144
S'abonner

En raison «des particularités de fonctionnement» de la toilette spatiale dans le segment américain de l’ISS, les astronautes américains utiliseront celle située dans le module russe, indiquent des pourparlers de l'équipage américain avec la Terre, récemment diffusés par la NASA.

Les astronautes américains présents à la Station spatiale internationale devront se servir du bloc sanitaire de leurs collègues russes, à en croire des récents pourparlers de l'équipage avec la Terre, diffusés le 25 novembre par la NASA.

«En raison des particularités de fonctionnement de l'appareil dans le segment américain, l'équipage américain devra utiliser l’appareil russe», a déclaré un spécialiste du centre de contrôle de mission avant d’ajouter qu’il était essentiel de respecter les modes d'utilisation des salles de bain. Il n’a pas précisé de quelles particularités de fonctionnement il s’agissait.

Des toilettes spatiales

Il y a deux toilettes de fabrication russe sur l’ISS: l'une dans le module russe Zvezda et l’autre dans l'américain Tranquility. En outre, il y a des toilettes dans deux vaisseaux spatiaux habités Soyouz amarrés à la station. Celles-ci sont utilisées pendant le vol autonome de l'engin spatial et seulement en cas d’urgence lors de leur séjour sur l'ISS. En octobre, une nouvelle toilette américaine a également été livrée à l’ISS, elle est désormais prête à être installée dans le module Tranquility.

Actuellement, les cosmonautes russes Sergueï Ryjikov et Sergueï Koud-Sverchkov, les Américains Kathleen Rubins, Michael Hopkins, Victor Glover, Shannon Walker ainsi que le Japonais Soichi Noguchi se trouvent sur l’ISS.

Lire aussi:

Une rave party de plus de 1.000 fêtards dégénère à Redon: un homme perd sa main - images
Financement libyen: après avoir violé son contrôle judiciaire, Mimi Marchand incarcérée
Deux suppositoires par jour: l’Institut Pasteur de Lille teste un médicament contre le Covid
Tags:
toilettes, cosmonaute, ISS
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook