Sci-tech
URL courte
Par
2212
S'abonner

Un objet de sept millimètres se trouvant au niveau de l’abdomen d’une momie vieille de 2.000 ans a été scanné par des chercheurs américains. Il pourrait s’agir d’une amulette en forme de scarabée.

Des chercheurs américains ont étudié un artefact hors du commun placé à l’intérieur d’une momie égyptienne de l'époque romaine. La momie a été scannée à l’aide de la diffraction des rayons X, selon une étude publiée dans la revue Journal of the Royal Society Interface.

L’analyse a concerné les restes d'un enfant de cinq ans vieux de 2.000 ans, sur lesquels reposait un portrait de jeune femme.

L’étude a notamment porté sur une inclusion ventrale en calcite de 7×5×3 millimètres au niveau de l'abdomen. Les scans effectués sur la momie il y a environ deux décennies étaient peu contrastés et de nombreux détails étaient difficiles à voir. La nouvelle analyse a permis de visualiser la structure de la momie dans son intégralité.

Connue depuis 1910

Selon les chercheurs, l’objet en calcite, déposé à l’endroit où l’incision avait été faite pour évacuer les organes intérieurs du corps, servait d’amulette, placée à cet endroit pour protéger spirituellement la momie. Elle a sans doute la forme d’un scarabée, ce qui était une forme répandue d’amulettes en Égypte antique.

La momie, connue sous le nom de Momie à portrait d’Hawara No. 4, fait partie de la collection du Block Museum of Art de l’Université Northwestern. Elle a été retrouvée entre 1910 et 1911 sur le site d’Hawara, et remonte aux environs du premier siècle après J.C., lorsque l’Égypte était sous domination romaine.

Lire aussi:

Un bus de la RATP aspergé d’essence et incendié dans les Yvelines – vidéo
Premières images de l’hélicoptère Ingenuity sur Mars
Jets de projectiles, renforts envoyés: deuxième nuit de violences urbaines à Tourcoing - vidéo
Un sénateur russe conseille à Boris Johnson «d’économiser» sur l’envoi de navires de guerre en mer Noire
Tags:
États-Unis, archéologie, momie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook