Sci-tech
URL courte
Par
9462
S'abonner

Des chercheurs russes envisagent d’utiliser les virus bactériophages découverts dans les écosystèmes des régions polaires pour lutter contre les infections dont les agents pathogènes sont ultrarésistants.

Les virus bactériophages présents dans la zone arctique peuvent être isolés afin de créer des médicaments pour combattre les maladies causées par des bactéries qui résistent aux antibiotiques, estime Artemi Gontcharov de l’Institut de médecine expérimentale de Saint-Pétersbourg.

«Nous avons proposé une stratégie qui consiste à rechercher des bactériophages efficaces dans les écosystèmes naturels. Et les écosystèmes des régions polaires de notre planète s’avèrent en être la source la plus prometteuse. L’Arctique et l’Antarctique peuvent être les principaux fournisseurs de bactériophages hautement virulents», a fait savoir le chercheur en conférence de presse.

Une banque de souches de bactériophages créée en Russie

Selon lui, une importante présence de bactériophages a été détectée dans les habitats des oiseaux, dont des manchots, ainsi que dans les zones proches de lacs d’eau douce dans l’Antarctique. Au cours des recherches menées dans l’Arctique russe, des bactériophages ont été retrouvés dans les échantillons du matériel paléontologique gisant dans le pergélisol.

Sur la base de ces études, une banque de souches de bactériophages a été mise en place à l’Institut de médecine expérimentale, raconte M.Gontcharov. Les chercheurs vont désormais évaluer l’efficacité de ces organismes, notamment dans la lutte contre les infections dont les agents pathogènes sont ultrarésistants.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Sanctions contre la Russie, le Venezuela et la Birmanie: «une erreur stratégique majeure commise par l’UE»
Tags:
écosystème, Antarctique, virus, médecine, Arctique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook