Sci-tech
URL courte
Par
98026
S'abonner

Alors que la date butoir de l’acceptation des nouvelles conditions de confidentialité de WhatsApp approche, la messagerie annonce qu'aucun compte ne sera supprimé passé le Jour J. Néanmoins, pour les utilisateurs qui n’accepteront pas cette nouvelle politique d’ici le 15 mai, les fonctionnalités disponibles seront limitées.

Malgré l’absence, chez certains utilisateurs de WhatsApp, d’acceptation des nouvelles règles de confidentialité dont l’entrée en vigueur est prévue pour le 15 mai, l’application de messagerie instantanée ne supprimera aucun compte.

«Personne ne verra ses comptes supprimés ou ne perdra la capacité d’utiliser WhatsApp le 15 mai en raison de cette mise à jour», assure ainsi la version anglaise de la section Sécurité et Confidentialité du site de l’entreprise.

«Si vous ne les acceptez pas d'ici à l'échéance, WhatsApp ne supprimera pas votre compte. Cependant, vous n'aurez qu'un accès limité aux fonctionnalités de WhatsApp jusqu'à ce que vous les acceptiez», précise la version française.

Ainsi, le site de la messagerie prévient que, «pendant une courte période», ces utilisateurs pourront recevoir des appels et des notifications, mais qu’il leur sera impossible de «lire ou [d’]envoyer des messages depuis l'application». Toutefois, au bout de quelques semaines, mêmes les appels ne seront plus accessibles.

Nouvelles règles de confidentialité

Initialement prévu pour le 8 février, l’application de la nouvelle politique de confidentialité a été reportée au 15 mai afin que les usagers, précise WhatsApp, aient «suffisamment de temps pour passer en revue les modifications».

Si cette mise à jour a provoqué tant d’inquiétudes chez de nombreux utilisateurs, c’est parce qu’elle prévoit un partage plus large de leurs données personnelles avec la maison-mère de WhatsApp, Facebook. Le géant du Web a acheté la messagerie en 2014 pour un montant de 19 milliards de dollars, en effectuant ainsi sa plus grosse acquisition de l’ histoire récente.

D’autres options?

Préoccupé par la fuite de leurs données vers Facebook, certains utilisateurs de WhatsApp ont eux-mêmes «fui» vers d’autres plateformes. Ainsi, le 12 janvier, soit quelques jours seulement après l’annonce par WhatsApp de sa nouvelle politique de confidentialité, le fondateur de Telegram, l’application russe de messagerie instantanée sécurisée, a fait part dans une publication d’une croissance exponentielle du nombre de nouveaux utilisateurs sur sa plateforme.

«Au cours de la première semaine de janvier, Telegram a dépassé les 500 millions d'utilisateurs actifs mensuellement. Après cela, il n'a cessé de croître: 25 millions de nouveaux utilisateurs ont rejoint Telegram au cours des 72 dernières heures seulement», a fait savoir Pavel Dourov.

Selon lui, ces nouveaux utilisateurs viennent de quatre coins du monde: 38% d'Asie, 27% d'Europe, 21% d'Amérique latine et 8% d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

«Telegram est devenu le plus grand refuge pour ceux qui recherchent une plateforme de communication engagée dans la confidentialité et la sécurité», a-t-il conclu.

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Togo: surpris en train de profaner une tombe, un «féticheur» a été brûlé vif
Tags:
confidentialité des données, WhatsApp
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook