Sci-tech
URL courte
0 36
S'abonner

Des chercheurs ont analysé l'impact du confinement sur l'âge biopsychologique des individus. Ils ont déterminé que la plupart des travailleurs se sentaient subjectivement plus jeunes après le confinement qu'il y a un an, mais que le rythme biologique du vieillissement avait augmenté.

Les chercheurs de l'Université d’État de psychologie et de pédagogie de Moscou (MGPPU) ont mené une longue étude sur l'âge biopsychologique des adultes - qui rassemble les caractéristiques générales de l'état de l'individu, sa santé somatique et psychologique, la correspondance entre ses caractéristiques personnelles et ses indicateurs physiologiques pour sa norme d'âge. La notion d'âge biopsychologique peut être décrite en utilisant deux échelles: l'âge biologique et l'âge psychologique.

Cette étude a été publiée dans la revue La Psychologie étrangère contemporaine.

La première mesure a été effectuée en 2019 et la seconde en 2020 (après six mois de confinement), indiquent les experts. Les facteurs de stress ont été mis en évidence: la maladie en elle-même, le stress post-traumatique et les facteurs liés au confinement (isolement social, troubles alimentaires, baisse de l'activité physique et anxiété). A cette étude ont participé des adultes actifs de plus de 35 ans, ainsi que des retraités actifs et non actifs souffrant de maladies chroniques.

Pour analyser l'âge psychologique, les chercheurs ont employé «la méthode d'auto-évaluation de l'âge psychologique»: les participants à l'expérience ont évalué leur âge sur une échelle de 1 à 100; ainsi que «l'indice du vieillissement psychologique relatif», selon lequel les experts ont comparé l'âge psychologique et calendaire des sujets. Les indicateurs négatifs signalent que l'individu se perçoit comme étant plus jeune que son âge.

«L'étude a révélé qu'après six mois de confinement, la plupart des personnes actives se sentaient subjectivement plus jeunes par rapport à l'âge calendaire et plus jeunes qu'ils ne se sentaient un an plus tôt, avant le confinement», constate Tatiana Berezina, professeure de la chaire des fondements scientifiques de psychologie extrême à la faculté de psychologie extrême de la MGPPU.

D'après l'experte, les femmes se sentent en moyenne plus jeunes de 3,3 ans (adultes) et de 7,2 ans (retraitées), et les hommes de 6,8 ans (adultes) et de 4,7 ans (retraités).

L'indice de vieillissement biologique relatif (le rapport entre l'âge biologique et l'âge biologique attendu) a permis d'évaluer dans quelle mesure l'individu était, de par son état de santé, plus âgé que la norme statistique. Afin de calculer l'âge biologique, les chercheurs ont utilisé les indicateurs de différents systèmes de l'organisme: la pression artérielle, l'apnée à l'aspiration, l'équilibre statique sur le pied gauche les yeux fermés, la masse corporelle, ou encore l'évaluation subjective des maladies.

«A noter que dans le groupe de retraités ayant des maladies chroniques, l'âge biologique n'a pas changé, alors que l'âge biologique dans les groupes de personnes actives a augmenté de plus d'un an, ce qui serait attendu en cas d'un vieillissement normal», indique Tatiana Berezina.

L'impact du confinement sur les indicateurs de santé somatique des individus a été diversifié, selon les scientifiques. La masse corporelle des femmes n'a pas changé pendant le confinement. L'auto-évaluation de l'état de santé des hommes et des femmes de tous les groupes est également restée au même niveau. Certains indicateurs de santé se sont même améliorés pendant le confinement: la pression artérielle pulsée s'est normalisée chez les femmes adultes actives et les retraitées présentant des maladies chroniques; la pression artérielle systolique (la pression artérielle pendant la contraction cardiaque) s'est normalisée chez les hommes.

«Le confinement a exercé une forte influence négative sur le développement physique des individus. Ils ont réduit, voire cessé les exercices sportifs et, dans l'ensemble, ont commencé à moins bouger, c'est pourquoi les caractéristiques de la condition physique de l'organisme ont significativement baissé.  Dans tous les groupes a diminué la durée de l'équilibre statique - la capacité de l'individu à rester sur une jambe avec les yeux fermés», explique Tatiana Berezina.

Les chercheurs ont noté que chez les femmes adultes actives, la durée de l'équilibre avait diminué de 26%, et de 13% chez les retraités non actifs ayant des maladies chroniques. Ces indices ont également diminué chez les hommes: chez les adultes actifs de 37%, tandis que chez les retraités actifs ils sont restés au niveau de la tendance. L'apnée des hommes à l'expiration a également baissé de 4% chez les retraités non actifs avec des maladies chroniques, et s'est maintenue au niveau de la tendance chez tous les autres.

Cette étude a été réalisée avec le soutien financier de la Fondation scientifique russe (RNF), projet n°19-18-00058.

Lire aussi:

Régionales: «Ces élections étaient sabotées dans tous les sens du terme»
«Je commence à vraiment comprendre les Français»: agacé, Laurent Delahousse recadre Schiappa et Faure - vidéo
La Chine annonce la découverte de deux gigantesques gisements de pétrole et de gaz
Tags:
pandémie, Russie, confinement, vieillissement, psychologie, science
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook