Ecoutez Radio Sputnik
    Société

    Destruction de la Vallée des geysers au Kamtchatka: un coup de pub touristique inattendu

    Société
    URL courte
    0 32 0 0

    Le glissement de terrain ayant enseveli la Vallée des geysers au Kamtchatka a fait augmenter l'intérêt des touristes étrangers pour ce site naturel, a indiqué à RIA Novosti un responsable d'une agence de voyages.

    PETROPAVLOVSK-KAMTCHATSKI, 8 juin - RIA Novosti. Le glissement de terrain ayant enseveli la Vallée des geysers au Kamtchatka a fait augmenter l'intérêt des touristes étrangers pour ce site naturel, a indiqué à RIA Novosti un responsable d'une agence de voyages.

    "De nombreux touristes, surtout des étrangers, souhaitent voir de leurs propres yeux les conséquences du cataclysme", a-t-il expliqué.

    L'administration de la péninsule (située en Extrême-Orient russe) constate un afflux de visiteurs dans la vallée: outre scientifiques et spécialistes, elle attire journalistes et correspondants.

    Officiellement, la Vallée des geysers est actuellement fermée aux touristes, en attendant une autorisation spéciale de l'Agence de surveillance écologique (Rosprirodnadzor).

    Un puissant glissement de terrain s'est produit le 3 juin dernier dans la Vallée des geysers, la perle du Kamtchatka classée au patrimoine naturel de l'humanité. Les touristes se trouvant sur les lieux ont été évacués. L'accident n'a pas fait de victimes.

    Ouverte aux touristes depuis 1991, la Vallée des geysers attirait annuellement quelque trois mille visiteurs. Le flot de boue a recouvert deux tiers de la surface de ce site unique. Un barrage s'est constitué sur la rivière Geysernaïa, ce qui laissait craindre une inondation des sources thermales non touchées par le glissement de terrain, après la formation d'un large lac sur cet emplacement. Mais par la suite, la rivière a percé un lit dans cette digue naturelle, abaissant le niveau d'eau de 12 mètres.

    Une commission spéciale a été créée pour évaluer les dégâts causés par le glissement de terrain.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik