Société
URL courte
0 11
S'abonner

La Russie engage la construction des centrales foncièrement nouvelles. Le premier réacteur à neutrons rapides SVBR-100 sera installé dans la région d’Oulianovsk, au bord de la Volga.

Les réacteurs à neutrons rapides sont considérés comme les plus sûrs. Les groupes expérimentaux ont été essayés dès les années 1950 mais les études ont été suspendues vu le manque de financement. Il n’existe aujourd’hui au monde qu’une seule centrale nucléaire dotée d’un réacteur rapide : la centrale de Beloïarsk dans la région de Sverdlovsk, dans l’Oural, ayant deux réacteurs de ce type dont l’un est exploité avec succès depuis plus de 30 ans. L’élément en alliage de zinc et de bismuth n’émet pas d’hydrogène ce qui exclut entièrement les explosions chimiques. En cas d’avarie la fuite de substances radioactives est pratiquement impossible. Les sous-marins russes dotés de tels réacteurs emploient les isotopes des éléments lourds : l’uranium-238 et le thorium-232. Les centrales à neutrons rapides permettent d’économiser les combustibles, a raconté à notre correspondant l’ingénieur en chef du laboratoire de la physique à neutrons de l’Institut russe d’études nucléaires Alexandre Vinogradov :

Ce sont des technologies employées depuis plusieurs décennies. La centrale nucléaire de Beloïrask fonctionne depuis longtemps. Ces installations permettent d’implanter le cycle nucléaire. Autrement dit, les réserves de combustibles seront mises à profit plus efficacement ce qui rend les réacteurs rapides très attrayants.

Les réacteurs comme celui de la centrale d’Oulianovsk sont prévus pour six décennies et on pourra les construire indépendamment des conditions naturelles. La centrale sera construite pendant au moins quatre ans. En perspective toutes les centrales seront dotées de tels réacteurs qui sont, d’ailleurs, insuffisamment puissants. Ainsi, la centrale d’Oulianovsk ne satisfera que les besoins des consommateurs de la région.  

Les spécialistes procèdent aux études géologiques à Dimitrovgrad où sera construite la centrale. Les préparatifs seront terminés l’année prochaine et il est prévu de mettre en exploitation le premier réacteur en 2018.   

Lire aussi:

Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un syndicat de police s’amuse d’une intervention violente et outre les internautes – vidéo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook