Ecoutez Radio Sputnik
    Société

    L’Afrique affamée

    Société
    URL courte
    0 0 0

    Une forte sécheresse a entraîné une grande catastrophe humanitaire à Nord-Est de l’Afrique, avant tout dans les pays de la Corne Africaine. La famine menace les 12 millions d’habitants de Somalie, d’Ethiopie, de Djibouti et du Kenya. Le Soudan et l’Ouganda sont aussi en danger.

    Une forte sécheresse a entraîné une grande catastrophe humanitaire à Nord-Est de l’Afrique, avant tout dans les pays de la Corne Africaine. La famine menace  les 12 millions d’habitants de Somalie, d’Ethiopie, de Djibouti et du Kenya. Le Soudan et l’Ouganda sont aussi en danger. Environ 100 enfants meurent chaque jour en Somalie en raison des maladies et du manque  de la nourriture. L’ONU a  augmenté jusqu’à 2,5 milliards de dollars la somme nécessaire pour prêter une aide alimentaire urgente aux pays de la région. L’UE a également décidé d’augmenter le financement des opérations humanitaires sur le continent.

    Depuis le début de la semaine dernière, les avions onusiens avec des produits alimentaires et de l’eau ont atterri en Somalie qui a souffert le plus de la sécheresse. Avant tout ces produits sont destinés aux enfants, annonce-t-on à l’ONU. Cependant, la guerre civile qui dure en Somalie depuis plusieurs années, ne permet pas de transporter les produits alimentaires à tous ceux qui en ont besoin.  Le Sud du pays est contrôlé par les islamistes qui empêchent les organisations humanitaires d’entrer sur leur territoire. Les conflits dans la capitale Mogadiscio  entre les extrémistes islamiques locaux et les pacificateurs de l’Union Africaine poussent les habitants à quitter la ville dans les camps des sans-abri. Plusieurs enfants et personnes âgées meurent sans atteindre ces camps.

    Les frets humanitaires, envoyés par l’ONU en Afrique pourront sauver  plusieurs vies, annonce le chercheur de l’Institut de l’Afrique de l’Académie des sciences de Russie Anatoli Savateev, cependant, c’est une aide  prêtée une fois.  Et elle ne peut pas changer considérablement la vie des Africains :

    C’est une image apocalyptique. La grande partie de l’Afrique, avant tout la zone du Sahara et un peu vers le Sud se rapporte aux régions tropicales et sèches où vivent des centaines de millions de personnes. Les années 1970 ont été les plus difficiles, surtout en Ethiopie, où des centaines de milles de personnes sont mortes de faim. L’aide prêtée par l’ONU, concernant les livraisons des produits alimentaires  ne pourra résoudre le problème que pour une période très courte. Elle ne pourra pas résoudre d’une façon stratégique ce problème pour une longue période. Par exemple, il faut chercher au Sahara des nouvelles sources d’eau qui se trouvent à très grande profondeur. Pour les développer il faut beaucoup d’argent et en plus un accès juste à l’eau pour tous les Africains. L’épuration nécessaire de l’eau est également nécessaire. C’est une affaire de plusieurs années et même de plusieurs décennies.

    Cependant, avant de commencer à résoudre le problème de l’accès à l’eau il faut pousser les parties irréconciliables à commencer les négociations, ce qui est parfois  plus compliqué, continue Anatoli Savateev.

    Lire aussi:

    La faim touche 108 millions de personnes dans le monde
    Les interventions étrangères en Somalie n’ont «fait qu’accentuer la crise»
    La Russie a besoin d'une nouvelle stratégie en Afrique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik