Ecoutez Radio Sputnik
    Internet russe: niveau culturel faible (Medvedev)

    Internet russe: niveau culturel faible (Medvedev)

    Photo: RIA Novosti
    Société
    URL courte
    0 0 0

    Dmitri Medvedev fait état "du niveau culturel catastrophiquement faible d'Internet russe par rapport au WEB à l'étranger, annonce ITAR-TASS. "Je crois qu'Internet est protestataire d'après sa nature et non-seulement en Russie, mais partout", a-t-il déclaré samedi à une rencontre avec la direction de Russie Unie.

    Dmitri Medvedev fait état "du niveau culturel catastrophiquement faible d'Internet russe par rapport au WEB à l'étranger, annonce ITAR-TASS.

    "Je crois qu'Internet est protestataire d'après sa nature et non-seulement en Russie, mais partout", a-t-il déclaré samedi à une rencontre avec la direction de Russie Unie. A son avis, "c'est normal". Mais Dmitri Medvedev a toutefois fait état des problèmes d'Internet russe.

    "Le problème de notre Internet consiste à un faible niveau de la culture politique". "Même si tu n'aimes pas le pouvoir et lui dis ses quatre vérités, il faut tout de même adopter une attitude correcte sans exiger de l'exécuter sur-le-champ", a dit Dmitri Medvedev.

    "Et on le réclame sur Internet".

    Il ne s'agit même pas de l'attitude à l'égard du pouvoir et de Russie Unie, a poursuivi le président en attirant l'attention sur la communication entre les internautes.

    "C'est effectivement une catastrophe, - a poursuivi Dmitri Medvedev. - Pour peu qu'on ouvre Internet en anglais, on y découvre rarement les mots grossiers. C'est-à-dire, le niveau des discussions est tout autre, même si tu n'aimes pas ni comprends ton interlocuteur". "Cependant, cela n'arrive pas du jour au lendemain et nous devenons grands également".

    Lire aussi:

    Medvedev: les USA ont lancé une guerre commerciale contre la Russie
    Les frappes US en Syrie laissent les mains libres aux terroristes, selon Medvedev
    La conférence de presse Medvedev-Merkel
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik