Ecoutez Radio Sputnik
    « Le triangle des Bermudes » du service de gardes-frontière

    « Le triangle des Bermudes » du service de gardes-frontière

    Photo : EPA
    Société
    URL courte
    0 01

    Les collaborateurs du service de gardes-frontière ont consenti à l’issue des pourparlers avec les autorités à annuler la grève fixée à jeudi. Or, les queues de plusieurs heures à la frontière n’ont pas disparu. Le problème de la qualité du contrôle est toujours en suspens. Un garçon est parti la veille à Rome sans papiers ni billet.

    Le syndicat du service britannique de gardes-frontière fête la victoire. Ils ont su obtenir les concessions du gouvernement mais à quel prix ? Le syndicat a menacé de saper les JO. Les autorités n’ont pas eu de choix. Au micro le ministre de l’immigration Damian Green :

    " Je suis très content qu’ils l’ont fait. Nous pouvons maintenant concentrer nos efforts dans la garantie de la sécurité à la frontière. En cette période difficile les JO focalisent l’attention du monde entier. Le gouvernement et l’opposition ont exhorté les syndicats à annuler la grève. Tout le pays était contre la grève, notamment les dirigeants du syndicat. Ils ont adopté cette décision au dernier moment ".

    Les experts en sécurité ont de multiples prétentions au service de gardes-frontière. L’inspecteur du département a reconnu les activités des services inefficaces. 150 000 personnes qui se sont vus refuser le séjour restent dans le pays et encore 100 000 demandes ne sont pas examinées. Personne ne sait ce qu’ils font. Qui plus est, la ministre britannique de l’intérieur Teresa May a avoué qu’elle ne savait pas combien de personnes passaient illégalement la frontière. Le parlement a qualifié la situation à la frontière du Triangle des Bermudes. Cependant, les collaborateurs ont reçu une prime de 3,5 milliards de livres sterling.

    L’incident qui s’est produit cette semaine à Manchester traduit la crise dans les activités du service de gardes-frontière et dans les systèmes de contrôle aux aéroports. Un garçon de onze ans a franchi tous les cordons et a pris l’avion pour Rome. Ce « passager de trop » n’a été découvert qu’en vol et expédié chez lui. Un porte-parole de l’aéroport Russel Craig a été contraint de commenter cette situation.

    L’incident aurait été anecdotique s'il n'y avait pas eut les JO de Londres où les services de sécurité doivent se montrer vigilants au plus haut point. /L

    Lire aussi:

    Macron réussit l’exploit de réunir tous les syndicats contre lui
    «Les frontières extérieures de l’espace Schengen ne sont pas suffisamment fiables»
    Kiev renforce sa frontière avant l’arrivée de Mikhaïl Saakachvili
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik