Ecoutez Radio Sputnik
    « Le vrai visage de l’Islam » avec Hamid Zanaz

    « Le vrai visage de l’Islam » avec Hamid Zanaz

    Société
    URL courte
    152541

    Dans un entretien exclusif avec Hamid Zanaz, nous nous pencherons aujourd’hui sur l’islam dans la société et dans le monde. Hamid Zanaz est un auteur courageux d’origine algérienne qui a écrit quelques ouvrages et des essais sur l’islam et l’islamisme. Ses prises de position courageuses, à la fois comme journaliste et comme Algérien ont attiré notre attention, jusqu’à celle de Michel Onfray qui a préfacé l’un de ses livres.

    Laurent Brayard, La Voix de la Russie : Bonjour Hamid Zanaz, vous êtes journaliste indépendant et vous vous définissez comme un libre penseur. Vous avez écrit plusieurs ouvrages sur l'islam et l'islamisme, pourriez-vous vous présenter un peu plus ?

    Hamid Zanaz : « Libre penseur et penseur libre, je suis un citoyen du monde né arabe en Algérie. J’ai enseigné la philosophie à la faculté d’Alger (en Arabe). Je vis en France depuis 1993. Aujourd’hui journaliste indépendant et traducteur. J’ai commis quelques essais en arabe comme Réponse décisive aux intégristes, Tabou de la virginité dans le monde arabe, Les murs invisibles, le racisme anti-noir en terre d’islam collectif etc… En français L’islamisme vrai visage de l’islam, éd. de Paris /Max Chaleil, 2012, L’impasse islamique, la religion contre la vie ou encore L’islamisme raconté à ma fille, en français et en arabe (sous presse) ».

    La Voix de la Russie : Vous êtes probablement né dans une famille de confession musulmane et vos origines le sont, nous aimerions savoir ce qui vous a conduit au-delà des traditions que vous avez côtoyées dans votre enfance, à un regard critique de l'Islam ?

    Hamid Zanaz :« L’intellectuel libre pense contre les habitudes mentales de sa culture et ses évidences, questionne les croyances établies. Il ne doit, en aucun cas, éviter les critiques et les questions susceptibles de choquer l’opinion. Le respect des foules n’est parfois qu’une lâcheté morale. « En tant que juif,a dit Freud un jour, j’étais prêt à passer dans l’opposition et à renoncer à m’entendre avec la majorité compacte ». Se cultiver, s’éduquer c’est quelque part sortir de soi. Se libérer de la gravitation culturelle locale. En tout cas être intellectuel c’est essayer de guérir de son enfance. Aucun être n’est condamné à répéter les égarements de sa culture. Et pour répondre directement à votre question l’Algérie de mon enfance (les années 70) n’avait rien à voir avec l’Algérie d’aujourd’hui ».

    La Voix de la Russie : Le moins que l'on puisse dire, c'est que votre propos est très courageux, vous écrivez sur l'un des sujets les plus brûlants dans le Monde, n'est-ce pas sans danger ?

    Hamid Zanaz : « Courageux ! Je n’en sais rien, dire ce que je pense est le plus important à mes yeux, car ne pas écrire, c’est non seulement donner raison aux intégristes et leurs porteurs de valises, mais encourager tous ceux qui, au nom d’une pathologie personnelle, veulent organiser le monde aussi pour autrui, pour plagier la belle expression de mon ami Michel Onfray. Quant au danger, celui qui ne meurt pas par l’épée mourra autrement, comme disait un grand poète arabe ».

    La Voix de la Russie : Au travers de votre expérience vous indiquez que l'Islam ne peut côtoyer le monde moderne sans une certaine dose d'hypocrisie, c'est du moins ce que j'ai perçu à vous lire, selon vous l'Islam serait donc incapable de se réformer ?

    Hamid Zanaz : « Personnellement, je n’aime pas le mot « réforme ». Car accepter la ruse de la « réforme », de « l’actualisation » de « l’acclimatation », c’est accepter que l’islam est valable en tout temps et en tout lieu comme « Religion et Etat ». L’islam n’est pas réformable, aucune religion n’est réformable. Les religions sont domesticables. Dire aujourd’hui que l’intégrisme est une déviation de l’islam et que les islamistes n’ont pas compris l’islam est devenue une blague qui ne fait rire personne. Par leurs analyses apologétiques et surréalistes de l’islam, les « nouveaux penseurs de l’islam » comme les nomment une certaine presse française, trompent la vigilance laïque des occidentaux et confortent les musulmans dans leur sommeil dogmatique ».

    La Voix de la Russie : Il est souvent dit que la religion chrétienne, plus ancienne dans son apparition a plus de recul désormais pour juger et choisir ses voies. Il est également souvent dit que la religion musulmane serait une religion de la guerre, propagée par la guerre en opposition à la chrétienne, d'abord martyre avant le Concile de Nicée où elle avalise après cinq siècles l'utilisation du soldat pour se défendre... et pour ensuite attaquer. A un certain moment les deux confessions se sont donc rejointes, mais par la suite l'évolution a été différente, du moins dans les apparences, qu'en pensez-vous ?

    Hamid Zanaz : « Si la BIBLE reste essentiellement une narration dans ses deux versions, l’ancienne et la nouvelle, le Coran se présente globalement comme un ensemble d’ordres et de dires. Une parole de Dieu. L’approche du Coran est totale, alors que le croyant chrétien peut, aujourd’hui, (après la domestication) émettre des réserves ou refuser carrément le sens d’un passage de la Bible sans que cela signifie qu’il renie sa foi. Chez les musulmans, il suffit de dire « Il est écrit que » et le débat est clos. Ce qui rend impossible la tâche du musulman qui voudrait considérer sa religion seulement comme une spiritualité c’est ce caractère intouchable et inaliénable du texte coranique. Cette glaciation du texte vu comme parole directe de Dieu est à l’origine de tous les problèmes ».

    La Voix de la Russie : L'islam fait peur à beaucoup de gens en France et en Europe, nous assistons à une fracture de plus en plus nette entre deux mondes, voire mêmes trois ou quatre, un éternel recommencement de l'histoire en quelque sorte, est-ce que vous pensez comme certains le disent que le Monde est entré dans une guerre de religions ?

    Hamid Zanaz : « Globalement, Samuel Huntington avait raison, il n’y a que les optimistes professionnels qui ne veulent pas voir cette guerre religieuse. Par ses porte-paroles activistes, l’islam prône la guerre légitime, le Jihad, dans le but d’islamiser l’humanité toute entière. Les évangélistes poussent aussi à la guerre sainte. Ce nouvel « équilibre de la terreur » pourrait, peut-être, sauver la paix ! ».

    Laurent Brayard, La Voix de la Russie : Hamid Zanaz, nous vous remercions d'avoir bien accepté de répondre à nos questions, et nous saluons encore votre courage de répondre sur des questions aussi sensibles, nous vous souhaitons à vous et à nos lecteurs une bonne journée, à bientôt sur nos pages !

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik