Ecoutez Radio Sputnik
    Une lueur d’espoir pour les personnes atteintes de cancer

    Une lueur d’espoir pour les personnes atteintes de cancer

    © Photо: en.wikipedia.org
    Société
    URL courte
    0 2 0 0

    Les scientifiques russes de l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) ont élaboré un détecteur unique permettant de diagnostiquer les cancers de petite taille à un stade précoce et de les soigner. Cet appareil n’a aucun équivalent dans le monde.

    Le petit gadget, ressemblant à un bic, a déjà été essayé lors de vraies opérations chirurgicales. Dans la médecine nucléaire, qui permet de lutter contre des maladies oncologiques, ce détecteur n’a pas d’équivalent. Imaginons un patient qui a une tumeur neuroendocrine rare d’une taille de 5 mm. Il est presque impossible de la détecter et encore moins de l’atteindre. Toutefois, cela est devenu concevable grâce à cet appareil. Cela se passe de la manière suivante : on marque la tumeur avec un radioisotope. De cette façon, la solution radioactive est stockée uniquement dans les cellules malades, qui délivrent ensuite des radiations. Pendant l’opération, l’appareil détecte ces radiations et permet au chirurgien d’enlever l’entièreté de la tumeur. Ainsi, les rechutes sont tout à fait impossibles.

    Evgueni Grigoriev, directeur du groupe russe qui élabore les nouveaux détecteurs au CERN et conseiller du directeur de l’Institut de physique théorique et expérimentale, a expliqué à La Voix de la Russie que le détecteur de particules du LHC, ou Grand collisionneur de hadrons, a servi de base pour l’élaboration de notre appareil.

    « Contrairement au principe d’intégration que l’on a utilisé pour l’élaboration d’autres détecteurs il y a des dizaines d’années, cette technologie est basée sur le principe de comptage. L’avantage de cette technique est qu’elle permet d’augmenter la sensibilité : chaque particule est comptée. Lors de l’utilisation du principe d’intégration, il est nécessaire de détecter un grand nombre de particules afin d’avoir un signal suffisamment fort pour que les appareils électroniques puissent le recevoir ».

    Encore un avantage considérable de l’appareil russe, c’est son prix. Le détecteur américain coûte 50 000 euros. Le russe, lui, ne coûte que plusieurs dizaines d’euros, ce qui presque fait de lui un appareil jetable. De plus, les médecins suisses qui l’ont testé affirment qu’il s’agit d’un appareil universel et plus sophistiqué que son équivalent américain. Evgueni Grigoriev souligne que grâce à cet appareil on pourra soigner des maladies rares et améliorer la qualité des opérations chirurgicales.

    « Le chirurgien pourra enlever la tumeur et toutes ses métastases plus rapidement et plus efficacement. Nos essais précliniques ont montré que parfois cet appareil permet aussi de localiser des microtumeurs, qui ne sont pas visibles sur une tomographie à émission de positons ».

    Vu qu’ils sont seulement en phase d’essais cliniques, ces détecteurs oncologiques ne sont produits qu’en laboratoires et uniquement par plusieurs dizaines. Ensuite, l’appareil sera certifié pour être vendu dans d’autres pays.

    Lire aussi:

    Satellites: 60 ans sur orbite
    La Chine développe le détecteur de sous-marins et de minéraux le plus puissant du monde
    Jérusalem: Israël retirerait les caméras aux entrées de l'esplanade des Mosquées
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik