Ecoutez Radio Sputnik
    Moscou aura ses Hyde Park

    Moscou aura ses Hyde Park

    Photo : RIA Novosti
    Société
    URL courte
    0 0 0

    A partir du 1er mai, on n’aura plus besoin d’autorisation officielle pour tenir un meeting à Moscou. La mairie est en train d’aménager les terrains réservés aux manifestations de masse conformément à la loi fédérale sur les meetings.

    Il faudra évidemment prévenir les responsables d’un parc de l’intention de tenir un meeting pour éviter d’amalgamer plusieurs manifestations. Mais on pourra désormais le faire sous forme d’une notification ou par courrier électronique. La priorité est accordée è celui qui le fait le premier. Les autres seront obligés de reporter leur action. Les horaires des différentes manifestations seront mis en ligne.

    Les Hyde Park de Moscou, le nom qu’ont reçu ces sites réservés par analogie avec le prototype anglais, seront deux : au Parc Gorki sur le quai Pouchkine de la Moskova et au parc Sokolniki au nord-est de la ville. Chacun des deux sites est conçu pour 1 500 à 2 000 personnes. Les actions de masse pourront se tenir sur les places de la capitale et devront comme par le passé être autorisées par la mairie.

    Cette initiative répond aux impératifs d’une société démocratique mais le temps montrera dans quelle mesure elle prendra racine en Russie, note la politologue Olga Krychtanovskaia.

    « Notre société s’est éveillée à une vie civile active et les gens souhaitent discuter et échanger leurs opinions. La population s’intéresse beaucoup à la politique et les nouveaux sites viennent à point nommé. Le problème réside dans l’absence de cette tradition chez nous contrairement à la Grande Bretagne où cette possibilité d’expression existe depuis des dizaines d’années. Les gens s’y réunissent spécialement et il y a des leaders qui font de véritables discours. Ils peuvent être de simples ouvriers qu’on ne voit pas à la télévision mais ils n’en ont pas moins du succès. Nous ne faisons que commencer et n’avons encore ni traditions, ni orateurs de cet acabit. J’espère quand même que ces sites réservés deviendront progressivement une plateforme pour les militants de la société civile. On pourra y discuter tout simplement des problèmes d’actualité et proposer publiquement des solutions sans critiquer forcément le pouvoir en place ».

    Bien que les Hyde Park se créent comme plateformes d’expression publique, ils ne pourront se transformer en tribune pour les éléments ouvertement criminels. Il pourra y avoir toutes sortes de meetings : politiques, sociaux, environnementaux et culturels, mais il faut absolument qu’ils se déroulent conformément à la législation russe, - précise la mairie de Moscou. /L

    Lire aussi:

    Le Parc Gorki de Moscou à l’époque soviétique
    Manif non-autorisée: exprimer son opinion «ne crée aucun danger», les provocations si
    2017, année zéro d’une nouvelle ère politique?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik