Ecoutez Radio Sputnik
    Les Russes boivent de l’alcool cher ou ne boivent pas du tout

    Les Russes boivent de l’alcool cher ou ne boivent pas du tout

    Photo : SXC
    Société
    URL courte
    0 10

    Selon les recherches menées par l’Organisation mondiale de la Santé, en dépit des stéréotypes les Russes sont loin d’être les ivrognes les plus invétérés. Le rapport de l’année passée sur le niveau de la santé publique en Europe a révélé que le pays où on boit le plus est la Moldavie où on a estimé la consommation à 20 litres d’alcool par habitant. Le Luxembourg est au deuxième rang et l’Estonie est au troisième.

    Les Russes tiennent la vingtième place, avec une consommation d’alcool d’un peu plus de 10 litres par habitant. Les voisins de la Russie sur la liste sont le Danemark, la Croatie et la Grande-Bretagne, annonce le site officiel de l’organisation. Les pays où on boit le moins sont le Tadjikistan, la Turquie, la Norvège, la Suède et l’Islande.

    Selon l’Organisation mondiale de la Santé, un tiers des Russes a cessé complètement de boire de l’alcool. Les experts pensent que les Russes ont goûté des bons alcools, et en conséquence ont commencé à boire moins. Non seulement de simples citoyens, mais aussi des gens plus aisés apprécient les boissons alcoolisées de luxe. Le whiskey est devenu récemment une boisson politique. Cependant, boire ne signifie pas être à la mode. La nouvelle génération arrivée au pouvoir, des jeunes ministres et des députés en passant par les hommes d’affaires, s’intéressent plus aux piscines, aux pistes de ski alpin et aux courts de tennis.

    L’exemple à suivre se trouve au niveau le plus élevé. Vladimir Poutine, comme on le sait, ne boit presque pas et préfère la bière. Le Premier ministre Dmitri Medvedev est presque indifférent à l’alcool. Lors des réceptions d'État on peut le voir le plus souvent avec un verre d’eau minérale et à quelques rares exceptions avec un verre de vin blanc.

    Aujourd’hui la culture « de boire » est devenue plus « sèche », mais la situation n’a pas été toujours comme cela, indique Evguénia Guérassimova la conservatrice du Musée de la vodka russe à Saint-Pétersbourg :

    « Depuis le XIVème siècle la vodka est une boisson traditionnellement russe. On a fait de la publicité de la culture de boire dès la dynastie Romanov. A cette époque sont apparues diverses carafes, des petits verres, des bouchons, les toasts et des blagues. En tous cas, on ne peut pas dire que les Russes boivent plus. C’est une erreur de ceux qui ne savent pas l’histoire traditionnelle de la vodka russe, des blagues et des traditions nationales».

    Pierre le Grand a été le premier à inculquer la culture « de boire ». Il disait « qu’il ne fallait boire ni beaucoup, ni peu, mais suffisamment ». С’était le premier empereur ayant introduit en Russie « la médaille de l’infamie pour l’ivrognerie » que les alcooliques étaient obligés de porter.

    Mais bien avant cette époque où l’alcool est devenu un complément à la fête et un moyen pour se détendre quotidiennement, nous sommes passés par plusieurs étapes de la consommation de l’alcool, continue l’historienne de la vodka, Jeanne Gagarinova :

    « L’inculcation à la nation de la culture de la consommation d’alcool date de l’époque de Pierre le Grand, puis les pouvoirs ont commencé à lutter contre ses conséquences négatives. A l’époque soviétique on a tenté par deux fois de lutter contre ce fléau dans le pays. Ce sont ses tentatives saccadées pour lutter contre l’alcoolisme qui sont le but du gouvernement d’aujourd’hui ».

    C’est vrai que récemment le gouvernement russe a décidé de lutter sérieusement contre l’alcoolisme. Voilà déjà un an qu’il n’est plus possible d’acheter de l’alcool dans les magasins pendant la nuit. Avant cela avait été introduite la norme de « zéro par mille» pour les automobilistes et la Douma discute de l’interdiction de l’alcool à bord des avions.

    Selon l'Organisation mondiale de la Santé, le nombre de Russes qui boivent de l’alcool plusieurs fois dans la semaine a baissé de 5 %, et celui des Russes qui boivent quelques fois dans le mois a baissé de 33 %. On peut conclure que de plus en plus souvent les Russes sont sobres dans leur attitude vis-à-vis de l’alcool et que cela devient une norme vie.

    Lire aussi:

    Un «CRS» faisant la fête avec les Gilets jaunes: une révélation inattendue des policiers
    Six mois de Gilets jaunes: «Le processus révolutionnaire est enclenché»
    L’Élysée sur la cause de l’absence d’invitation de Poutine au 75e anniversaire du débarquement
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik