Ecoutez Radio Sputnik
    Drogues

    Drogue par injection: la Russie 2e consommateur mondial (Onu)

    © Sputnik . Sergei Vinyavskiy
    Société
    URL courte
    La lutte contre la drogue (429)
    0 12

    La Russie est devenue l'un des leaders mondiaux pour le nombre de personnes consommant des drogues par voie intraveineuse, lit-on dans le Rapport mondial sur les drogues dévoilé mercredi par l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime.

    La Russie est devenue l'un des leaders mondiaux pour le nombre de personnes consommant des drogues par voie intraveineuse, lit-on dans le Rapport mondial sur les drogues dévoilé mercredi par l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime.

    Conformément à l'étude, 2,29% des Russes âgés de 15 à 64 ans se sont injectés des drogues par voie intraveineuse en 2011. Parmi ces derniers, 14,4% sont séropositifs, tandis que 48% d'entre sont atteint de l'hépatite C. Le seul pays du monde qui devance la Russie à cet égard est l'Azerbaïdjan (5,2%).

    Entre 2008 et 2011, le nombre de toxicomanes par injection en Russie a augmenté de 500.000 personnes, fait savoir le document.

    Le rapport constate en outre une hausse du volume des saisies d'amphétamine en Russie aussi bien que dans d'autres pays de la région européenne. On signale également la destruction de quatre laboratoires russes produisant de la méthamphétamine ("meth") dans les années 2010-2011.

    Les auteurs du document basé sur les informations fournies par des gouvernements et des organisations non-gouvernementales, déplorent également la propagation de soi-disant "nouvelles substances psychoactives" qui ne sont pas placées sous contrôle international, dont la Russie est elle aussi la victime.

    Dossier:
    La lutte contre la drogue (429)

    Lire aussi:

    Lutte anti-drogue: le monde n'a aucune leçon à recevoir des USA selon Morales
    La Syrie submergée par les drogues
    Moscou: la campagne anti-drogue US en Afghanistan a échoué
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik