Ecoutez Radio Sputnik
    Vivre plus longtemps, mais surtout vivre bien

    Vivre plus longtemps, mais surtout vivre bien

    Photo: info.abril.com.br
    Société
    URL courte
    0 20

    D’ici 2050, l'espérance de vie de 120 ans deviendra une norme pour la population des pays économiquement développés.

    Tel est le pronostic du chef du Comité de la Douma d’Etat pour la science et les hautes technologies, le docteur Valeri Tcherechnev, membre de l’Académie de médecine de Russie. Il s’agit avant tout des pays où l’espérance de vie atteint aujourd’hui au moins 80 ans. La Russie n’a pas encore de quoi se vanter dans ce domaine, mais certains progrès ont déjà été réalisés.

    La durée de vie – ce n’est pas une constante. Aujourd’hui, ce sont les habitants des pays comme le Swaziland, l’Angola, ou le Mozambique qui vivent en moyenne le moins longtemps sur notre planète. L’espérance de vie dans ces pays atteint à peine 40 ans. Quant aux habitants d’Andorre et du Japon, ils vivent le plus longtemps – plus de 80 ans. L’espérance moyenne de vie est calculée en fonction de l’écologie, du niveau de développement économique, du niveau de la médecine dans chaque pays. Ce chiffre pourrait augmenter jusqu’à 120 ans, durée dont l’homme a besoin pour son évolution. Le spécialiste soviétique de pathophysiologie, l’académicien Alexandre Bogomolets a élaboré une théorie dans les années 1930, d’après laquelle la durée de vie des mammifères est égale à la période de croissance multipliée par 5 ou 6. A l’époque, sa théorie avait été tournée en dérision. Mais les recherches plus modernes ont confirmé la véridicité de cette théorie, souligne Valeri Tcherechnev.

    « Par exemple, la période de croissance d’un homme dure jusqu’à l’âge de 25 ans, et celle de la femme – jusqu’à 20 ans. C’est à cet âge que le squelette est entièrement formé. En multipliant cet âge par 5-6, on obtient 100-125 ans. Cette règle fonctionne pour de nombreux animaux. La période de croissance d’un chien dure un à deux ans, et il vit en moyenne 9 à 10 ans. Un cheval grandit jusqu’à l’âge de 4 ans, et il vit jusqu’à 25 ans. La période de croissance d’un animal peut être réduite d’un quart, et c’est lié à des facteurs extérieurs : le stress ou l’écologie. Mais si l’on vit dans des conditions normales, dans un environnement sain, si l’on se nourrit de façon équilibrée et si l’on a une bonne hygiène de vie, on peut donc vivre jusqu’à l’âge de 100-110 ans. »

    En se basant sur cette théorie, l’académicien Tcherechnev prédit que dans les pays européens, au Japon et aux Etats-Unis, la génération actuelle fêtera sûrement un siècle d’existence. Et ceux qui seront considérés comme « centenaires » aujourd’hui, vivront au moins jusqu’à 120 ans. Mais les habitants des pays plus pauvres ne doivent pas désespérer. La situation peut changer très facilement. Ainsi, en Russie, l’espérance de vie moyenne a augmenté dernièrement de près de 7 ans, pour atteindre 72 ans. En progressant à cette vitesse, la Russie pourrait bien rattraper l’Europe et les Etats-Unis.

    Cependant, les gériatres ne sont pas unanimes sur ce sujet. Certes, l’espérance de vie va augmenter si la situation en Russie s’améliore, mais 120 ans semble être un plafond, et non pas une norme, est persuadé le professeur Vladimir Khavinson, président de l’Association européenne de gérontologie-gériatrie et membre correspondant de l’Académie de médecine de Russie.

    « La durée maximale de vie d’un homme en évolution atteint 110-120 ans. Actuellement, seuls 88 personnes dans le monde ont aujourd’hui 110-115 ans. Actuellement la durée de vie moyenne atteint 82-86 ans. Cet âge est atteint dans les pays développés, avec une infrastructure moderne, et une médecine de pointe. J’imagine que l’espérance de vie va augmenter dans ces pays, atteignant 90-95 ans au cours des prochaines années. Quant aux pronostics d’espérance de vie jusqu’à 110-120 ans, cela est peu probable dans les décennies à venir. Ce sont des valeurs maximales. Les gens ne peuvent pas vivre tous jusqu’à cette limite ».

    Cependant, le professeur Vladimir Khavinson a toutefois donné des conseils à ceux qui désirent vivre plus longtemps.

    « Il faut limiter le nombre de calories consommées, et manger équilibré. C’est vraiment essentiel pour vivre plus longtemps. Cela a été prouvé sur les singes, et on le voit actuellement sur les hommes. Il faut également utiliser des régulateurs du métabolisme qui permettent d’assurer un bon métabolisme glucidique et lipidique. Il est important de bien combiner les antioxydants et les vitamines. Enfin, les peptides, des molécules protéiques, qui régulent l’activité des gènes sont un moyen d’allonger sa vie. Les peptides assurent le prolongement de la durée de vie de 30% à 40%. C’est la ressource que possèdent les êtres vivants.»

    L’équilibre entre ces substances chimiques va assurer à l’homme une vie longue, la vitalité, tout en lui permettant de garder l’esprit clair. Car sans la clarté de l’esprit, la longévité pourrait ne pas être une joie. T

    Lire aussi:

    L'homme n'aurait pas atteint sa durée de vie maximale
    Les limites de la vie humaine enfin révélées
    Une personne âgée européenne sur cinq serait handicapée d’ici 2047
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik