Société
URL courte
0 0
S'abonner

Un nouveau code pénal, basé sur la charia, la loi islamique, entre graduellement en vigueur à partir du 1er mai au Brunei, petit sultanat richissime dans l’île de Bornéo.

Ce nouveau code pénal prévoit des peines dures pour les musulmans. Ainsi, un époux convaincu d’adultère sera lapidé en public. Un voleur aura la main amputée.

L’ONU a déjà exprimé sa préoccupation par ces évolutions au Brunei, en notant que, par exemple, une lapidation était qualifiée par le droit international de torture.

L’Etat du Brunei Darussalam, dont les musulmans représentent plus de 70 % de la population, devient le premier pays du Sud-est asiatique à réformer aussi radicalement sa législation criminelle. 

Lire aussi:

L’évolution des revenus de Jean Castex évaluée par Franceinfo
Ce pays européen a été désigné par la Chine comme possible point d’origine du coronavirus
La LDNA, mouvement pour la défense des Africains, espère la dissolution de l’Église catholique
Tags:
charia, code pénal, islam, ONU, Bornéo, Brunei