Société
URL courte
6153
S'abonner

Le ministère norvégien de la Santé a soumis vendredi au gouvernement un projet de loi permettant aux gens de changer légalement leur genre sans intervention chirurgicale, traitement hormonal ou stérilisation.

Selon le ministère, les gens, qui veulent changer de sexe, pourront le faire juridiquement sans être soumis à un traitement médical.

"La Norvège est à la pointe en matière de droits des LGBT (lesbiennes, gays, bi- et transsexuels, ndlr). Mais notre système actuel de changement de sexe juridique est inacceptable et n'a pas changé depuis près de 60 ans. Cette proposition est conforme aux droits de l'homme", a déclaré le ministre norvégien de la Santé Bent Hoie cité par The Local.

Une couple gay
© AFP 2021 Evaristo SA
Comme dans plusieurs autres pays, ceux qui veulent officiellement changer leur genre en Norvège doivent actuellement subir une longue série de procédures qui prennent généralement plusieurs années.

Ils doivent notamment subir des tests psychiatriques, des traitements hormonaux et une intervention chirurgicale pour une stérilisation irréversible.

Selon le projet de loi, les gens devront remplir un document et l'envoyer au bureau le plus proche, qui enregistre l'état civil. L'âge minimal pour changer de genre sera abaissé de 18 à 16 ans, sans autorisation parentale.

Quant aux mineurs âgés de 6 à 16 ans, les parents devront valider le changement. Si un parent s'y oppose, les autorités pourront décider "dans le meilleur intérêt de l'enfant".

Amnesty International a salué l'initiative en la qualifiant de "percée historique pour les droits des transgenres", et a exhorté le parlement norvégien à voter en faveur du projet de loi.

Lire aussi:

Un homosexuel bientôt à la tête de l'armée US?
La Slovénie vote contre le mariage gay
La CEDH exhorte l'Italie à reconnaître le mariage gay
Merkel hostile au mariage gay
Interdire le sexe avec les animaux? Les éleveurs US disent non!
Tags:
transgenre, LGBT, The Local, Norvège
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook