Société
URL courte
109
S'abonner

La société Facebook a présenté ses excuses aux utilisateurs qui ont reçu par erreur un avis indiquant qu'ils étaient à proximité du site de l'explosion dans la ville pakistanaise de Lahore, faisant au moins 70 morts dans un attentat suicide.

"Malheureusement, beaucoup de gens, qui ne sont pas touchés par la tragédie, ont reçu une notification demandant si tout allait bien. Un tel bug du programme ne reflète pas l'essence de notre plateforme. Nous avons travaillé rapidement pour résoudre le problème et nous nous excusons auprès de toutes les personnes qui ont reçu la notification par erreur", a communiqué Facebook.

Les notifications, signalant qu'une personne se trouvait à proximité du lieu de l'attaque terroriste au Pakistan, ont été reçues, par exemple, par des habitants de Wrexham (Pays de Galles) ou Washington D.C. (Etats-Unis). Et dans certains cas, les notifications ne contenaient que l'expression "Vous êtes dans la zone de l'explosion?", sans aucune information sur l'endroit où l'attaque s'est produite.

​Les messages erronés d'explosion de Facebook ne spécifient même pas que l'attentat a eu lieu au Pakistan, indique un utilisateur de Washington D.C.

"Merci Facebook pour la préoccupation mais Wrexham et le Pakistan ne sont pas vraiment dans la même zone", a écrit un internaute gallois.

Dimanche, un homme muni d'une ceinture d'explosifs s'est fait sauter à l'entrée d'un parc municipal d'un quartier résidentiel de Lahore, faisant selon un récent bilan 70 morts et près de 340 blessés, dont 25 dans un état grave. D'après les données policières, la plupart des victimes de l'attaque sont des femmes et des enfants.

L'attentat a été revendiqué par les talibans de la faction Jamaat-ul-Ahrar. Selon un porte-parole du groupe, la cible de l'attaque "était les chrétiens".

Lire aussi:

Après les attaques à Bruxelles, Facebook active le Safety Check
Facebook deviendra bientôt un immense cimetière virtuel
Quand Facebook et WhatsApp servent à vendre drogues et animaux rares
Photos d'enfants sur Facebook: les gendarmes français tirent la sonnette d'alarme
Facebook sanctionné en Allemagne
Tags:
attentat, Taliban, Facebook, Inc, Lahore, États-Unis, Pays de Galles, Pakistan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook