Ecoutez Radio Sputnik
    Le réseau social Facebook

    Une clinique pour les accros à Facebook ouvre en Algérie

    © Flickr/ mkhmarketing
    Société
    URL courte
    21999156

    En Algérie, les internautes les plus accros au réseau social Facebook seront désormais traités comme les drogués. La raison d’une telle initiative privée provient de craintes que les utilisateurs vulnérables se fassent de plus en plus souvent laver le cerveau par des groupes islamistes extrémistes.

    Une clinique pour les accros à Facebook ouvre en Algérie dans le contexte de craintes que les utilisateurs de ce réseau social soient vulnérables à l’influence dangereuse de groupes islamistes extrémistes qui ne cessent de diffuser leur propagande sur Facebook.

    L'établissement privé a été ouvert dans la ville de Constantine, dans l’est du pays, offrant des programmes spécialement conçus pour les utilisateurs de médias sociaux, informe le site The New Arab.

    Pour le moment, il y a environ 10 millions d'utilisateurs de Facebook en Algérie et le nombre de ces derniers augmente de 10% par an.

    Le directeur de la clinique, Raouf Boqafa, a déclaré qu'il craignait que certains utilisateurs vulnérables aient été ciblés par les islamistes qui utilisent le site comme un outil de recrutement.

    Son équipe s’occupera également des addictions "classiques", aux drogues, au tabagisme et à l'alcool.

    "Le problème principal est que les gens sous-estiment souvent le mal que Facebook peut faire par rapport au risque de drogues physiques", a ajouté M. Boqafa.


    Lire aussi:

    Les réactions sur Facebook, nouvelle intrusion dans votre vie privée!
    Le réseau d'entreprise de Facebook piraté
    Le trafic d'armes fleurit sur Facebook
    Malaisie : plus de 1.000 comptes Facebook liés au terrorisme
    Tags:
    addiction, médecine, contre-propagande, psychologie, réseaux sociaux, propagande, drogue, terrorisme, Facebook, Inc, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik