Société
URL courte
161
S'abonner

Martin Besson, 20 ans, est à l'origine d'un projet censé aider ceux dont on ne parle pas.

Le média qu'il a lancé, baptisé succinctement "Sans A", permet de venir en aide aux personnes qui vivent dans une extrême précarité, comme les sans-abri, les sans attention, les sans amour, les sans argent et les sans avenir. En clair, ceux dont on ne parle généralement pas mais qui ont, comme tous les autres, leur petite histoire à partager.

Le jeune homme cherche à collecter des fonds pour son projet à travers la plateforme Ullule, alors que "Sans A" est déjà disponible sur Internet. Qu'est-ce qu'il représente? Regardons.

Dans le cadre de son projet, Martin Besson a réuni une équipe de journalistes et de photographes pour collecter et stocker des portraits de personnes qu'on tend à ne pas apercevoir. Sa collection est régulièrement étoffée depuis juin 2015. On trouve par exemple le portrait de Jean-Marie Roughol, SDF de Paris, qui a malgré tout réussi à publier un livre avec l'appui du politique Jean-Louis Debré. Il y a encore Emmanuelle, qui est née sans avant-bras ni pieds et, pour comble, a été abandonnée dans sa plus tendre enfance, ou Pierre qui s'est retrouvé dans la rue en raison de ses dettes.

Les images sont accompagnées de commentaires des personnages eux-mêmes.

"Les Sans A ne souffrent pas que d'un manque d'argent, mais aussi et parfois surtout d'un manque de visibilité", souligne M. Besson. "On ne parle de ces gens-là qu'en statistiques. C'est bien, les chiffres, mais ça ne dit pas exactement ce qui se passe. Voilà notre objectif: parler des Sans A comme des êtres humains".

"Il y a 141.000 personnes à la rue aujourd'hui, mais ce n'est que la partie visible de l'iceberg", explique-t-il à 20 Minutes. "Dans les Sans A, il y a aussi des étudiants précaires, des personnes handicapées, des chômeurs. Tout le monde peut un jour devenir Sans A. Les jeunes sont particulièrement exposés. Notre avenir n'a jamais été aussi incertain. On rentre de plus en plus difficilement sur le marché du travail et combien doivent s'endetter pour payer leurs études?"

Malgré son jeune âge, M. Besson réalise ses projets avec habileté grâce à son bagou exceptionnel. Il a même décroché le soutien du spécialiste des médias Benoît Raphaël. Ayant fondé Le Post (groupe Le Monde), Le Plus de L'Obs et Le Lab d'Europe 1, M. Raphaël s'emploie maintenant à développer le projet de Martin, surtout via les réseaux sociaux.

Les portraits des sans A seront publiées sur Instagram, sur Twitter et Facebook, sans négliger d'ailleurs les possibilités de Snapchat et de Periscope, précise le jeune enthousiaste, espérant qu'à travers cela on pourra non seulement sensibiliser la société à propos de ce sujet délicat, mais aussi aider les principaux concernés.

Lire aussi:

Si Vienne m’était contée… par un SDF
Paris: une association confisque son chien à un SDF
La migration illégale est un phénomène des pays pauvres
Pauvreté des enfants: la France s'explique devant l'ONU
25% des Européens risquent de franchir le seuil de pauvreté en 2016
La pauvreté augmente aux USA, la couverture santé s'améliore
Les médias mainstream perdent-ils leur pouvoir?
Tags:
photographie, sociétés, aide, SDF, pauvreté, photojournalisme, médias, photo, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook