Société
URL courte
2115
S'abonner

Se déclarer libre dans ses relations privées quand on ne l'est pas est désormais un délit en Italie.

Duper votre petit(e) ami(e) en vous prétendant célibataire ou divorcé, alors que vous ne l'êtes pas, ne constitue pas seulement un comportement malhonnête, mais un acte punissable par la loi italienne, selon la Cour de cassation, citée par le quotidien La Stampa.

Ainsi, une femme a entamé une relation amoureuse avec un homme marié, qui a prétendu être libre en fabriquant un faux papier comme preuve du divorce.

La maîtresse et l'épouse s'étant retrouvées enceintes, l'homme a envisagé de se marier avec la première, s'exposant à une condamnation pour polygamie. Les charges ont cependant été abandonnées suite à la volonté exprimée par la partie masculine du ménage à trois de préserver ses relations amoureuses avec sa maîtresse sans pour autant l'épouser.

La Cour de cassation italienne a déjà traité ce genre d'affaire, adoptant une loi qui interdit d'espionner le téléphone portable de son conjoint, et une autre prévoyant la contribution aux charges du ménage au cas où un des époux est accusé d'adultère au moment de la séparation.

Lire aussi:

Quand la police italienne soigne la plus grave des blessures
Le Parlement italien donne son feu vert à l'adoption d'un mariage gay ultra light
Un attentat néonazi contre une loge maçonnique en Moselle déjoué
Un exercice de pompiers annulé à Lyon après la violente agression d’un soldat du feu
Tags:
maîtresse, célibataire, époux, loi, adultère, Cour de cassation italienne, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook