Société
URL courte
Jeux olympiques de Rio de Janeiro (148)
160
S'abonner

Avant même le début des Jeux olympiques de Rio de Janeiro, une équipe de chefs a décidé de lutter contre le gaspillage des produits alimentaires et d’organiser un restaurant capable de nourrir les pauvres. Cette initiative rencontre un très large succès, avec 5.000 repas servis quotidiennement à ceux qui en ont besoin.

L'idée proposée à la veille des Jeux de Rio par deux célèbres chefs, l'Italien Massimo Bottura et le Brésilien David Hertz, était chargée de porter l'attention sur le gaspillage de la nourriture et les problèmes des pauvres. True Activist raconte l'histoire de cette curieuse initiative.

Les contradictions font partie de la vie quotidienne. Il semble que les organisateurs des Jeux olympiques, fête mondial du sport et de l'égalité, n'aient rien vu d'étrange dans l'incinération de tonnes de produits frais achetés pour les sportifs. Cependant, ces produits peuvent ne pas finir à la poubelle, mais être utilisés pour nourrir ceux qui n'ont pas assez d'argent.

C'est pourquoi les chefs se sont mis au travail. Leur réussite est spectaculaire, accompagnés d'une équipe gastronomique, ils servent quotidiennement près de 5.000 repas aux pauvres. Le groupe RefettoRio Gastromotiva est donc capable de prouver que les inégalités présentes dans le monde peuvent être atténuées.

Par ailleurs, l'équipe gastronomique ne va pas s'arrêter là. Après la clôture des Jeux olympiques de Rio, elle compte poursuivre son activité sous la forme d'un service social. Une preuve supplémentaire qu'une bonne initiative mérite d'être prolongée.

Dossier:
Jeux olympiques de Rio de Janeiro (148)

Lire aussi:

Le mystère de l'eau verte du bassin olympique de Rio enfin résolu
Que mangent les sportifs des Jeux olympiques?
Les Fidji en liesse après la première médaille olympique de leur histoire
Aux Etats-Unis, la moitié de produits alimentaires finissent à la poubelle
Tags:
pauvreté, repas, JO 2016 de Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik