Ecoutez Radio Sputnik
    Edward Snowden

    Snowden dévoile des détails sur sa vie en Russie

    © REUTERS / Glenn Greenwald
    Société
    URL courte
    383142

    Après avoir obtenu un permis de séjour en Russie, le lanceur d'alerte Edward Snowden a avoué qu'il n'utilisait presque pas la langue russe dans sa vie quotidienne.

    Dans une interview au Financial Times, l'ex-agent de la CIA Edward Snowden a révélé que son niveau de russe ne lui permettait que de passer une commande au restaurant, car il parle anglais la plupart de son temps.

    "Tout mon travail est en anglais. En général, je parle anglais avec tout le monde", a-t-il déclaré. "Je dors en Russie, mais j'habite dans une autre partie du monde. Rien ne me lie à la Russie. C'est conscient car, aussi fou que cela puisse paraître, j'envisage encore de partir".

    Quant à son quotidien à Moscou, le lanceur d'alerte a raconté qu'il vivait toujours à l'heure de l'Est des Etats-Unis (UTC-5) et passait la plupart de son temps sur Internet. "En fait, ça a toujours été comme ça", a noté ex-agent de la NSA.

    Dans l'ensemble, sa vie à Moscou s'améliore, a-t-il avoué. "Je suis plus ouvert qu'en 2013", a en outre révélé le lanceur d'alerte.

    Edward Snowden a révélé en juin 2013 l'existence d'un programme informatique secret baptisé PRISM, permettant aux Etats-Unis de surveiller les échanges par mail, messagerie instantanée, téléphone et réseaux sociaux des utilisateurs aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde.

    Suite à ses révélations, M. Snowden est recherché par la justice américaine. En août 2013, il a obtenu l'asile temporaire en Russie avant d'obtenir un permis de résidence de trois ans le 1er août 2014.

    Lire aussi:

    Les révélations de Snowden, un mal pour un bien?
    Quand un journal britannique détruisait les dossiers de l'affaire Snowden (VIDEO)
    Les nouvelles révélations de Snowden pourraient présenter beaucoup de surprises
    Tags:
    russe, langue, Edward Snowden, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik