Ecoutez Radio Sputnik
    Médecin

    La dysmorphophobie: la nouvelle maladie du XXIe siècle

    © Sputnik . Igor Zarembo
    Société
    URL courte
    4014

    Depuis quelque temps, on constate un nombre de plus en plus important de cas de dysmorphophobie. À ce jour, ce syndrome touche déjà quelque 150 millions de personnes en quête d’une illusoire fontaine de Jouvence.

    A en juger d’après certains comptes sur Instagram, les personnes qui ne sont préoccupés que par leur physique sont légion. Pourtant, des fois l’idée de se rapprocher de l’idéal devient une crainte obsédante.

    À l’heure actuelle, quelque 150 millions de personnes, soit environ 2% de la population mondiale, souffrent de dysmorphophobie, un mal qui ne fait d’ailleurs aucune distinction de sexe.

    La dysmorphophobie est caractérisée par une préoccupation ou une obsession excessive chez une personne à propos d’un défaut dans son apparence, même si ce défaut est quasiment invisible pour d’autres personnes.

    Ainsi, les mots « collagène », « silicone », « botox », « chirurgie » n’ont pour certaines personnes qu’une seule raison d’être : elles ont constamment peur de paraître imparfaites, laides ou malformées.

     

    Happy International Cat Day! #InternationalCatDay #meow #catlady #jocelynewildenstein #botched #selfinflicted #plasticsurgery #deformed #face

    Фото опубликовано Johnny Lopez 🇨🇺🇺🇸 (@thejohnnylopez) Авг 8 2015 в 3:04 PDT

     

    « La perception qu’ont les personnes atteintes de dysmorphophobie de leur apparence n’est pas objective. Elles considèrent comme un défaut ce qui est absolument invisible pour d’autres », a expliqué à Sputnik Alejandra Levy, une psychiatre de l'Uruguay.

     

    In #chelsea with the @chelseasinghlondon #friends 🙌🏻

    Фото опубликовано Rodrigo Alves (@rodrigoalvesuk) Сен 8 2016 в 10:36 PDT

     

    Selon l’International Society of Aesthetic Plastic Surgery (ISAPS), les Américains sont ceux qui font le plus de procédures esthétiques (4 millions par an). Le nombre d’interventions chirurgicales est également élevé en Corée du Sud, en Inde, au Mexique, en Allemagne, en Colombie, en France et en Italie.

    Alejandra Levy lie cette obsession à l’incapacité de reconnaître le vieillissement de son corps ainsi qu’à l’incompréhension du simple fait qu’il s’agit d’un processus incontournable et inévitable.

     

     

    En 2015, des femmes ont subi 18 millions d’opération de nature esthétique, tandis que les hommes en ont fait 3 millions.

    « Les personnes qui commencent le marathon d'une opération à une autre nient la mort. Ces gens mettent leur jeunesse au-dessus de tout. Ils sont prêts à tout pour obtenir une jeunesse éternelle », a conclu la psychiatre.

     

    Lire aussi:

    Les deux mecs-sosies de Kim Kardashian se brouillent sur la Toile
    Cet adolescent déchire sur Instagram avec ses paysages incroyables
    Les photos sur Instagram peuvent dévoiler la dépression de leurs auteurs
    "C'est trop mignon", l'Instagram du vétérinaire le plus sexy du web
    Twitter et Instagram abandonnés par des célébrités choquées par les insultes
    Tags:
    interventions chirurgicales, dysmorphophobie, chirurgie esthétique, Instagram
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik