Société
URL courte
3122
S'abonner

Les autorités malaisiennes ont arrêté neuf Australiens après le Grand Prix de Formule 1 à Sepang. Les interpelés ont été accusés «d’insulte délibérée en vue de provoquer un conflit».

Neuf jeunes Australiens, dont le conseiller d'un membre du gouvernement australien, ont été arrêtés par les autorités malaisiennes après avoir exposé leurs sous-vêtements qui ressemblaient au drapeau du Royaume.

L'incident a eu lieu dimanche 2 octobre. Selon les autorités malaisiennes, les détenus australiens commenceront leur peine de prison de quatre jours à partir du 3 octobre, informe ABC News Australia.

Un porte-parole de la police de Kuala Lumpur a raconté qu'un groupe de personnes avait été arrêté conformément à l'article 504 du Code pénal du pays, qui prévoit une peine de prison maximale de deux ans « pour insulte délibérée en vue de provoquer un conflit. »

Il est intéressant de noter que parmi ces « malfaiteurs » figure Jack Walker, le conseiller de Christopher Pyne, ministre australien de l'Industrie de défense.

Selon Asian Correspondent, M. Walker et ses amis ont célébré la victoire de leur compatriote Daniel Riccardo dans cette course de Formule 1.

Les jeunes hommes âgés de 25 à 29 ans, en état d'ivresse, se sont déshabillés, en exposant leurs sous-vêtements qui ressemblaient au drapeau national de la Malaisie. Pour le moment, on ne sait pas si cet acte était une insulte délibérée au symbole de l'État malaisien.

Le ministre adjoint malaisien de l'Intérieur, Nur Jazlan Mohamed, estime que les actions des hommes détenus ont des motifs politiques.

« Nous ouvrons les portes aux touristes, nous essayons de les traiter de la même façon, et parfois même mieux que nos propres habitants, mais quand ils viennent ici avec l'intention de commettre des actes obscènes en vue de nous embarrasser, je pense que, dans ce cas, ils ne doivent pas compter sur notre bonne attitude », a déclaré M. Mohamed.

Lire aussi:

Malaisie: jouer à Pokémon Go serait-il un péché?
Une attaque terroriste déjouée contre des généraux en Malaisie
La Malaisie interdit la première compagnie aérienne compatible avec la charia
Malaisie : plus de 1.000 comptes Facebook liés au terrorisme
Tags:
sous-vêtements, drapeau, scandale, Nur Jazlan Mohamed, Kuala Lumpur, Malaisie, Australie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook