Société
URL courte
261
S'abonner

Une étude de l'Université de Cambridge constate une importante baisse des plaintes contre les policiers lorsque leurs départements ont commencé à utiliser des caméras fixées sur le torse des agents.

Les plaintes contre la police américaine ont baissé de 93 % par rapport à l'année précédente montre l'étude effectuée par les chercheurs de l'Université de Cambridge qui ont examiné les données recueillies dans sept départements de police.

L'étude a concerné plus de 1,4 million d'heures enregistrées par 1 847 agents de police en 2014 et 2015; les chercheurs ont publié les résultats de leur travail la semaine dernière dans la revue Criminal Justice and Behavior.

Les policiers se sont vus assignés au hasard le fait de porter ou non une caméra sur le torse chaque semaine. Il leur a été également demandé de les garder allumées pendant toutes leurs interventions.

Les auteurs de l'étude ont utilisé les plaintes contre la police comme mesure parce qu'elles sont faciles à quantifier et parce qu'elles donnent une bonne idée de la fréquence des comportements problématiques.

Durant l'année précédant l'étude, 1 539 plaintes au total ont été déposées contre les policiers américains examinés; l'année suivante, à la fin de l'expérience avec les caméras de torse, seulement 113 plaintes avaient été enregistrées.

De plus, contre toute attente, il n'y avait pas de différence quantitative significative entre les plaintes contre les policiers portant des caméras et les policiers sans dispositifs vidéo.

Étrange, n'est-ce pas ? Il semble logique de penser que lorsque l'appareil était effectivement présent, il agissait comme un témoin impartial, prévenant les hostilités inutiles des deux côtés. Mais les plaintes diminuaient, même lorsque les agents n'utilisaient pas leurs caméras.

« Cela peut s'expliquer par le fait qu'après avoir été constamment surveillés par des caméras les policiers ont changé leur comportement réactif sur les rues, une façon de se comporter pour être plus efficace et qui est devenue, ainsi, une habitude quotidienne » a expliqué Barak Ariel, le responsable de la recherche.

Les chercheurs appellent cet effet « une responsabilité contagieuse », continuer à faire les choses correctement même si personne ne vous surveille.

Lire aussi:

Les policiers US utilisent des données privées à des fins personnelles
Les policiers US ont tué un homme qui les avait menacés du doigt
Un policier US abat un conducteur sourd-muet
Des célébrités US attirent l’attention sur la violence policière dans une vidéo
Tags:
recherche, caméra, police, Université de Cambridge, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook