Ecoutez Radio Sputnik
    Mark Zuckerberg

    Mark Zuckerberg dans le collimateur de la justice allemande

    © AP Photo/ Marcio José Sánchez
    Société
    URL courte
    3151

    Les commentaires racistes sur le réseau social Facebook que les modérateurs ne suppriment pas sont à la base d'une nouvelle enquête ouverte contre le fondateur du réseau social et ses collègues en Allemagne.

    La justice bavaroise a ouvert une enquête suite à une plainte pour « incitation à la haine » contre Facebook, notamment contre son fondateur Mark Zuckerberg. Le réseau social est accusé de ne pas assez coopérer contre les commentaires racistes.

    La plainte a été déposée par Chan-jo Jun, un avocat spécialiste du droit des nouvelles technologies.

    Le magistrat a ouvert une enquête à un stade préliminaire visant à examiner si le droit allemand pouvait s'appliquer dans un cas semblable, indique un porte-parole du parquet de Munich à l'AFP.

    L'avocat affirme que Facebook ne prête pas attention aux messages haineux, notamment contre les réfugiés, publiés sur le réseau social. Chan-jo Jun a établi une liste de 438 messages, dont certains contenaient des appels aux meurtres explicites, aux agressions contre les étrangers ou encore des cas de négationnisme. L'avocat a ensuite envoyé cette liste aux modérateurs de Facebook, mais presque aucun message n'a été supprimé. Ensuite, il a envoyé au parquet de Munich un message contenant un fichier avec des preuves.

    Le ministre allemand de la Justice Heiko Maas estime que les réseaux sociaux pourraient être punis s'ils ignorent les demandes allemandes.

    « Si les contenus pénalement répréhensibles ne sont pas effacés de manière plus conséquente, nous allons devoir réfléchir à engager la responsabilité de Facebook et de Twitter s'ils n'effacent pas ces contenus malgré les signalements », a-t-il dit au journal Handelsblatt.

    Ce n'est pas la première fois que le gouvernement allemand critique Facebook. Il avait déjà à plusieurs reprises mis en garde Facebook et d'autres réseaux sociaux en leur reprochant d'être trop tolérants à l'égard des utilisateurs publiant des messages racistes et antisémites.

    Lire aussi:

    Facebook offre les messageries les plus protégées? À voir…
    Journée contre la maladie d’Alzheimer: Facebook sensibilise le public
    Facebook, une plateforme de manipulations politiques?
    Tags:
    réseau, procès, enquête, racisme, Facebook, Facebook, Inc, Mark Zuckerberg, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik