Ecoutez Radio Sputnik
    Tchernobyl, 30 ans après

    31 ans après Tchernobyl, ils reviennent voir leurs anciens foyers

    © AFP 2019 Sergei Supinsky
    Société
    URL courte
    0 34

    Tchernobyl. Le 26 avril 1986, la plus grande catastrophe technologique du XXe siècle a coûté la santé à 8 millions de personnes et des milliers d’habitants de la région ont été évacués. Aujourd’hui, 31 ans après la tragédie, les gens reviennent dans la zone d’exclusion par amour pour leurs foyers.

    Depuis 1990, on peut participer à des excursions dans la zone d'exclusion tracée autour de la catastrophe de Tchernobyl, qui a touché plusieurs localités de la région. Aujourd'hui, il s'agit d'une destination touristique assez populaire.

    Pourtant, le 26 avril, le jour anniversaire de la catastrophe, pas besoin de laissez-passer spécial afin d'entrer dans la zone d'exclusion, même si l'on ne peut pas éviter l'inspection des véhicules. Il ne s'agit pas d'excursion touristique : ceux qui ont dû quitter leurs foyers il y a 31 ans, y reviennent afin d'aller voir les tombes de leurs proches et leurs maisons, ou plutôt ce qu'il en reste trois décennies après la tragédie.

    В эвакуированном после аварии на ЧАЭС городе Припять в Чернобыльской Зоне Отчуждения
    © Sputnik . Alexey Vovk

    Si longtemps après la catastrophe, les anciens habitants y retrouvent tout de même leurs proches. La visite au foyer natal, malgré son état, est un point de passage obligé pour tous ceux qui y reviennent chaque année. Dans les jours comme celui-ci, les villages abandonnés sont particulièrement bondés. Cependant, un contrôle accru est mis en place : deux postes de contrôle, ensuite, la police et même les pompiers. C'est un rituel bien établi.

    La contamination dans la zone d'exclusion est très variable : il y a des endroits plus ou moins touchés et des endroits où le niveau de la contamination est 5, 6 ou même 7 fois plus fort que les normes en vigueur.

    En s'approchant des maisons, on relève une forte augmentation de la contamination, surtout sous les toits. La pluie efface la poussière radioactive, mais elle s'amasse au niveau des fondations, ce qui, pourtant, n'arrête pas les touristes désirant voir les villes-fantômes abandonnées, mais surtout ces anciens habitants.

    La catastrophe de Tchernobyl a été classée au niveau 7 — le plus élevé — sur l'échelle internationale des événements nucléaires (INES) ce qui en faisait, à l'époque, l'accident technique le plus important de l'histoire.

    La catastrophe a fait 31 victimes à la centrale. Un employé est mort lors de l'explosion et un autre juste après l'accident à cause de nombreuses blessures. Les autres sont décédés au cours des semaines suivantes en raison de brûlures et de maladies liées aux radiations. Plus de 600 000 personnes ont mis en péril leur santé pour lutter contre les conséquences de l'accident et stabiliser la situation.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Tchernobyl en 25 faits
    Le 30ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl
    L'Ukraine déploie la Garde nationale à Tchernobyl
    Bientôt un nouveau Tchernobyl ?
    Tags:
    radiation, catastrophe, INES, Pripiat, Ukraine, Tchernobyl
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik