Ecoutez Radio Sputnik
    Johnny Depp

    Depp blague sur l’«assassinat» de Trump, le Président riposte

    © AFP 2019 Tiziana Fabi
    Société
    URL courte
    92010
    S'abonner

    La Maison-Blanche a réagi vendredi à la «mauvaise blague» de Johnny Depp sur le meurtre éventuel de Donald Trump, en rappelant que le Président américain «condamne la violence sous toutes ses formes».

    Johnny Depp. Archive photo
    © AP Photo / Richard Shotwell
    Invité du traditionnel festival de musique de Glastonbury, dans le sud-ouest de l'Angleterre, la star de Pirates des Caraïbes a eu avec le public jeudi un échange durant lequel a été abordée la personnalité du président des États-Unis.

    Après avoir dit que Donald Trump avait vraiment «besoin d'aide» Johnny Depp a lancé: «Est-ce qu'on peut amener Trump ici? (…) Quand est-ce qu'un acteur a assassiné un président pour la dernière fois?». Pour rappel, l'assassin du président Abraham Lincoln en 1865, John Wilkes Booth, était un acteur.

    «Le président Trump condamne la violence sous toutes ses formes et il est triste que d'autres comme Johnny Depp ne suivent pas son exemple», a réagi la Maison-Blanche dans un communiqué.

    «J'espère que certains des collègues de M. Depp vont s'élever contre ce type de rhétorique aussi fermement qu'ils l'auraient fait si ses commentaires étaient adressés à un élu démocrate», a ajouté Sarah Huckabee Sanders, porte-parole du président américain.

    Au demeurant, dans un communiqué envoyé vendredi au magazine People, Johnny Depp s'est excusé «pour la mauvaise plaisanterie, de mauvais goût, tentée hier soir à propos de Donald Trump».

    «Je voulais seulement faire une blague, pas offenser qui que ce soit», ajoute-t-il.

    Lire aussi:

    Voilà enfin le film dans lequel Johnny Depp tournera gratuitement
    Ce «Johnny Depp» venu de la province russe enflamme le Net
    Johnny Depp surprend les visiteurs de Disneyland
    Tags:
    meurtre, Johnny Depp, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik