Ecoutez Radio Sputnik
    Une femme portant la jupe

    Comment le Mexique mène la guerre contre le harcèlement des femmes

    CC BY 2.0 / EmilySalazar
    Société
    URL courte
    3132

    «Non, c’est non», «Répulsion: ce que vous suscitez quand vous harcelez quelqu'un», «La connaissance change ta vie»: désormais, ces affiches décorent le métro de Mexico, qui a déclenché une guerre contre le harcèlement dont sont victimes les femmes dans les transports en commun.

    Une campagne publicitaire a attiré l'attention de milliers d'usagers des transports en commun au Mexique, dans laquelle le dictionnaire Larousse explique la signification des mots souvent liés au harcèlement dans la rue afin de les utiliser comme un moyen de combattre ce type de violence contre les femmes.

    «La jupe est un objet de vêtement que les femmes ne devraient pas avoir peur de porter», dit une série d'affiches placardées dans les transports en commun de Mexico.

    Les affiches, placées stratégiquement dans des wagons et des stations de métro, comprennent également les hashtags #AcosoNo («Non au harcèlement») et #NoEsLoMismo («Ce n'est pas la même chose»), ainsi que le slogan de campagne: «Conocer te cambia la vida» («La connaissance change ta vie»).

    Dans le cas où la définition de la jupe n'a pas été claire, le dictionnaire dit: «Répulsion: ce que vous suscitez quand vous harcelez quelqu'un».

    Les résultats de cette stratégie n'ont pas tardé à venir: les passagers ont commencé à prendre des photos des affiches et à les partager sur les réseaux sociaux. Le message, né au Mexique, clair et concis, a traversé le monde entier et a été cité par plusieurs ONG, médias et activistes de différents pays, comme le Chili, l'Argentine et l'Espagne.

    Parmi les définitions figure aussi le mot «bonbon», utilisé comme un compliment qui cache en pratique un signe de harcèlement.

    «Le bonbon est une friandise à base de sucre. Pas une femme», définit le dictionnaire.

     

    #larousse y su campaña #noesno

    Публикация от Mujereologia Oficial (@mujereologia) Авг 7 2017 в 2:56 PDT

     

    Une autre affiche indique que «l'objet est une chose matérielle», alors que «la femme est une personne». «Pour être clair», précise le dictionnaire. Et pour renforcer les appels des mouvements contre le harcèlement, le Larousse rappelle que «Non, c'est non».

    Le sujet de cette campagne n'est pas nouveau à Mexico, où le problème du harcèlement dans les transports en commun a conduit à plusieurs initiatives, comme par exemple à l'idée de créer des wagons de métro réservés uniquement aux femmes. Selon les Nations Unies, «neuf femmes sur dix à Mexico ont été victimes d'une forme de violence sexuelle lors de leur déplacement quotidien».

    «À Mexico, selon l'Institut national de la statistique et de la géographie, ainsi que d'après le Sondage national sur la dynamique des relations domestiques, les formes de violence les plus fréquemment rapportées sont des compliments ou des insultes (74%), des attouchements sans le consentement (58%) ou la peur d'être attaquée ou abusée (14%). 79,4% des femmes de la capitale ne se sentent pas en sécurité dans la rue (2016)», a déclaré l'Onu.

    En avril dernier, Onu Femmes a également lancé une campagne visant à combattre ce fléau dans le métro de la capitale mexicaine.

    «À l'échelle mondiale, entre 50 et 100% des femmes dans les villes affirment avoir été victimes de harcèlement sexuel ou d'autres formes de violence dans les espaces publics», ont mis en garde les Nations Unies.

    Lire aussi:

    Le trambus rose pour contrer le harcèlement ne fait pas l’unanimité en Turquie
    Tous les jours, trois militaires canadiens sont victimes de harcèlement sexuel
    Pourquoi Siri et d'autres applications intelligentes sont victimes de harcèlement sexuel
    Enquête sur le harcèlement sexuel d'une colonel de l'US Air Force
    Des wagons réservés aux femmes pour combattre le harcèlement sexuel?
    Tags:
    harcèlement, port de jupes, Mexique, Mexico
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik