Ecoutez Radio Sputnik
    chien

    Des chiens offrent des câlins à l'aéroport de Vancouver

    © Sputnik. Vladimir Pesnya
    Société
    URL courte
    742480

    Quand on a peur de l'avion, chaque vol devient un calvaire. L'aéroport de Vancouver sait comment remédier à la situation: pour réconforter ceux qui appréhendent les vols, il emploie... des chiens.

    Pour certains, les vols, qu'ils soient longs ou courts, sont une véritable épreuve. À commencer par les heures d'attente… Et si le vol est retardé, voire annulé, c'est un calvaire. Pour rendre ces heures d'attente moins angoissantes, l'aéroport de Vancouver propose à ceux qui le souhaitent de passer un peu de temps avec des chiens «thérapeutiques» qui par leur seule présence rappellent aux passagers que le monde est beau.

    ​Ces «bouées de secours» font partie du programme Aide médicale Saint-John, indique le site d'information BuzzFeed. Chaque chien de service a un bandana noué autour du cou, ce qui permet aux passagers de les identifier facilement sans les confondre avec les voyageurs à quatre pattes.

    À la différence des autres chiens de service, ils peuvent être de n'importe quelle race: les passagers en détresse sont aidés aussi bien par des labradors et des terre-neuve que par des petits shih tzu. Les «chiens-câlins» sont en tout sept.

    ​Et même si les règles à l'aéroport sont très strictes, les chiens sont prêts à apporter soutien et réconfort à tous les voyageurs, de l'homme d'affaires croulant sous le travail à l'enfant en pleurs. Les animaux sont prêts à se laisser faire des câlins et à en donner tous les jours, du lundi au vendredi, pendant plusieurs heures de suite.

    Lire aussi:

    Pourquoi chiens et chats ont disparu des animaleries de Vancouver?
    Nemo énigmatique: le rôle du nouveau membre de la famille Macron décrypté
    Trop mignon: ce chien fait tout pour réanimer un bébé cerf qu'il a sauvé de la noyade
    Tags:
    chien, aéroport, Vancouver, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik