Société
URL courte
15402
S'abonner

Des spécialistes français de la reconstitution historique ont déclaré à Sputnik qu'ils étaient arrivés à Sébastopol, en Crimée, pour participer à un festival consacré à différentes époques historiques de la péninsule et pour rendre hommage aux soldats de la guerre de Crimée.

Onze spécialistes français de la reconstitution historique se sont rendus à Sébastopol, en Crimée, dans le cadre d'un festival d'histoire militaire. Ils participeront à la reconstitution d'un épisode de la guerre de Crimée de 1853-1856 dans la composition de la brigade de l'État de Savoie (alors indépendant). Sputnik s'est entretenu avec le capitaine de la brigade, Michel Vibert, et le caporal Joseph Ruffier.

Joseph Ruffier a indiqué qu'il s'était déjà rendu en Crimée quatre fois, la première remontant à 2009 pour participer à la reconstitution de la bataille de l'Alma, la première grande bataille de la guerre de Crimée, qui s'est tenue en septembre 1854 près de la localité de Vilino.

Aujourd'hui, le jeune homme, qui est venu à Sébastopol avec son père, travaille dans un atelier de menuiserie. Quant à Michel Vibert, qui était dans le transport routier international, il est actuellement à la retraite. C'est l'amour pour l'histoire de leur peuple qui les a réunis.

Michel Vibert a tenu à souligner qu'ils représentaient tous les deux le duché de Savoie qui, dans les années de la guerre de Crimée, était une structure indépendante de la France dont les hommes avaient une toute autre culture.

Les deux hommes ont fait remarquer que les Français ne savaient presque rien aujourd'hui de cette guerre ni de leurs ancêtres tombés en Crimée. Ils estiment que leur devoir est d'immortaliser la mémoire de ces soldats dont bon nombre ne sont pas tombés au champ d'honneur, mais ont succombé à la typhoïde ou au choléra.

Ils se sont déjà rendus au cimetière français de Sébastopol et Joseph Ruffier a ajouté qu'il avait entendu parler d'un autre cimetière, celui de soldats du royaume de Piémont-Sardaigne.

Évoquant les sanctions décrétées par l'UE contre la Russie et la Crimée, Michel Vibert a répété qu'il était Savoyard et que la Savoie était en quelque sorte indépendante de la France. Il a précisé qu'en préparant son voyage, il avait consulté le site de l'ambassade qui ne disait rien sur la Crimée, mais recommandait d'éviter des voyages dans les régions orientales de l'Ukraine.

Le festival se tiendra sur les monts Fedioukhine, à Sébastopol, le 15 et le 16 septembre. Différentes époques historiques de la Crimée seront reconstituées sur plusieurs aires qui seront notamment consacrées à l'Antiquité, à l'ancienne Russie du IXe au XIIIe siècles, au Moyen Âge en Europe, à la guerre de Crimée, à la guerre civile et à la Seconde Guerre mondiale.

Le premier festival du genre a été organisé en Crimée en septembre 2014, quelques mois après la réunification de la péninsule avec la Russie suite à un référendum.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Journaliste expulsée de son siège en direct: le studio de la BBC Arabic dévasté par le souffle de l’explosion - vidéo
D’où provient le nitrate qui a provoqué les explosions à Beyrouth?
Tags:
reconstitution, festival, histoire, guerre de Crimée (1853-1856), Joseph Ruffier, Michel Vibert, France, Sébastopol, Crimée, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook