Ecoutez Radio Sputnik
    Bundestag

    Élections au Bundestag: les plus amusants des faux bulletins de vote

    © AFP 2017 Tobias SCHWARZ
    Société
    URL courte
    0 63320

    La couverture des élections au Bundestag dans les médias n’a pas été du tout passionnante. En revanche, sur Internet, cette campagne électorale a été accompagnée de posts parfois très amusants.

    Lors de la dernière campagne électorale en Allemagne, des plaisantins ont publié sur la Toile de faux bulletins de vote, dont certains étaient assez amusants. Ainsi, dans le contexte d'une tension croissante entre Berlin et Ankara, quand rien ne va plus entre ces deux pays, la page Facebook du «Deutsch Türkische Neuigkeiten» propose une solution radicale: Recep Tayyip Erdogan, chancelier fédéral.

    ​Votons pour des mignons! Pourquoi donc le choix devrait-il se limiter à des politiciens sérieux et pédants? Il se peut que quelqu'un se soit posé justement cette question sur Facebook avant de proposer des mignons tout à fait charmants.

    La revue satirique a publié un article sur un bulletin de vote appelant notamment à participer à un tirage du loto.

    Pourquoi ne pas élire une bière? Quelles élections sans bière, en effet? Et quelle Allemagne sans bière? Qui s'intéresse donc aux élections? C'est sans doute ce qu'a pensé la brasserie Hatz en proposant aux électeurs allemands un bulletin de vote où ils pourraient cocher la bière qu'ils préfèrent.

    Ou un truc du parti «Parti». Un de ses sympathisants a enlevé les deux candidats du bulletin de vote de sorte que le choix se soit limité à ce seul parti.

    Lire aussi:

    Témoin à Sputnik: «Dans les trois enveloppes le bulletin Le Pen est déchiré»
    Législatives: quand des bulletins manquent à l’appel
    Législatives 2017 entre «silence des bibliothèques» et «sécurité renforcée»
    Tags:
    bulletin, élections législatives, bière, vote, législatives allemandes 2017, Hatz, Facebook, Inc, Bundestag, Recep Tayyip Erdogan, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik