Ecoutez Radio Sputnik
    abeille

    Des scientifiques mettent en garde contre un «Armageddon écologique»

    CC0 / image4you
    Société
    URL courte
    18252

    Près de 80% des insectes auraient disparu en Europe au cours des trente dernières années, constatent des scientifiques en mettant en garde contre un désastre écologique d’envergure.

    Un groupe d'entomologistes allemands, néerlandais et britanniques tirent la sonnette d'alarme: le nombre d'insectes volants a diminué de plus de 75% en près de trente ans en Allemagne ce qui crée potentiellement une menace pour la vie sur notre planète vu le rôle que les insectes jouent dans la chaîne alimentaire. Les résultats de leurs recherches ont été publiés mercredi dans la revue Plos One.

    Depuis 1989, ces entomologistes ont recueilli des données dans 63 réserves naturelles disséminées sur le territoire allemand. Ils ont pesé la masse totale des insectes qu'ils piégeaient et ont déterminé qu'elle avait diminué de 76% en moyenne, et même de 82% au milieu de l'été.

    Sans parvenir à en déterminer la cause avec certitude, les scientifiques suspectent que les pesticides agricoles soient responsables de cette hécatombe préoccupante. Selon leurs conclusions ce fort déclin a été observé quels que soient les changements météorologiques, l'utilisation des sols ou les caractéristiques de l'habitat.

    «Les insectes constituent près des deux tiers de la vie sur Terre, et nous observons actuellement un déclin effrayant. L'homme semble rendre d'immenses lopins de terre inadaptés à la majorité des formes de vie et se dirige vers un Armageddon écologique», met en garde le professeur Dave Goulson, de l'Université du Sussex, au Royaume-Uni.

    «Si nous perdons les insectes, tout s'écroulera», poursuit-il.

    Les insectes volants jouent en effet un rôle crucial dans la pollinisation de 80% des plantes sauvages et dans l'alimentation de 60% des espèces d'oiseaux.

    Tags:
    pesticides, insectes, écologie, Europe, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik